Elevage familial de Bichons Maltais et de Chiens Chinois à Crête | LA PROPRETE - LE MARQUAGE

 

Proprete du chien elevage du bois foucher bichons maltais et chiens chinois a crete

 

La propreté est souvent une des attentes les plus grandes chez les maîtres de chiot, une question revenant régulièrement: « dans combien de temps sera-t-il propre ? ».

Beaucoup d’idées reçues circulent sur le sujet. 

 

Les attentes des maîtres

Pour le maître, un chien propre est un chien qui fait ses besoins dehors. Souvent, il aimerait que son chiot comprenne dès son arrivée qu’il ne doit pas faire dedans et le réprimande à chaque fois que ce dernier s’oublie.

Les capacités du chiot

Le chien a une toute autre conception de la propreté. Pour lui, il convient simplement de faire ses besoins hors de son lieu de couchage. 

Par ailleurs, avant l’âge de 6 mois, les chiots n’ont pas un parfait contrôle de leurs sphincters et ont besoin de se soulager tous les 2 à 5 heures suivant leur âge et les activités en cours.

Le rôle du maître

Le maître va donc devoir enseigner à son chiot les nouvelles règles de vie que ce dernier aura à suivre. II s’agit bien d’un apprentissage qui demandera temps et patience.

En effet, tout comme l’enfant mettra plusieurs années à être propre, le chiot ne pourra se retenir efficacement avant plusieurs mois. 

Certains chiots seront propres plus tôt que d’autres, et notamment ceux ayant un accès libre à l’extérieur.

Autrement dit, il faudra compter plus de temps si vous vivez en appartement.

Quelles méthodes utiliser?

Le chiot ne connaissant pas vos règles de vie et ne pouvant se retenir, vous devrez penser à sa place et le déposer dehors très régulièrement, et au moins toutes les 2 heures, durant les premières semaines.

Pensez qu’il aura notamment besoin de se soulager après une sieste, une séance de jeu ou d’éducation et après le repas.

Dès qu’il a fini de faire dehors, félicitez votre chiot pour lui donner envie de recommencer.

En le sortant très régulièrement, le but est de faire en sorte que votre chiot n’ait pas l’occasion de faire à l’intérieur. Le chien étant un animal d’habitudes, c’est ainsi qu’il finira, à force de répétition, par trouver normal de faire dehors.

Si vous le surprenez à faire dans la maison, c’est donc que vous avez raté une occasion de l’amener dehors. En effet, ne pouvant se retenir, le chiot fait ses besoins à l’endroit où il se trouve. Même s’il préfère faire dehors, votre chiot n’aura pas forcément la capacité de réflexion et de contrôle lui permettant de sortir pour aller faire ses besoins. C’est à vous d’anticiper et de le guider. 

Il est donc inutile et injuste de punir un chiot qui se soulage à l’intérieur, même si vous venez de le sortir ou s’il a déjà fait 10 minutes auparavant ! La seule chose à faire est de porter le chiot au moment où il fait pour le déposer dehors, si vous disposez d’un jardin ou d’un balcon. Le seul fait d’être dérangé et déplacé au moment où il fait ses besoins l’incitera à aller de lui-même dehors.

S’il a fait en votre absence, ignorez et nettoyez discrètement.

A ne pas faire

Ce n’est pas en frappant le chiot, en le secouant ou encore en lui mettant le museau dans son urine qu’on lui apprend à faire ses besoins à l’extérieur.

Ces originalités, totalement incompréhensibles pour le chiot, risquent, au contraire, de retarder l’apprentissage de la propreté, rendant le chiot craintif, le poussant à se cacher pour faire ses besoins et à fuir l’homme, ce qui ne prédispose pas à une relation future harmonieuse.

Les difficultés

Il se peut que votre chiot refuse de faire dehors, surtout si vous êtes en ville. Il sera probablement mal à l’aise entouré de voitures et de bruit et risque d’attendre d’être de retour dans l’appartement, où il se sent en sécurité, pour se soulager Il s’agit d’un comportement normal qu’il serait néfaste de réprimander.

 Pour remédier à ce souci, appliquez-vous à sortir votre chiot lorsqu’il aura moins la possibilité de se retenir, notamment le matin, dès le lever, en le portant pour éviter qu’il s’oublie en chemin. 

Chaque miction effectuée dehors et récompensée incitera votre chiot à reconduire ce comportement.

Si vous devez vous absenter régulièrement plusieurs heures d’affilée par jour, votre chiot ne pourra pas se retenir et apprendre tout seul à ne pas faire ses besoins dans la maison. L’utilisation de tapis éducatifs pourra alors être une solution afin de limiter les dégâts, à condition de prendre le temps d’enseigner à votre chiot à faire dessus. Mais le risque sera qu'il s'y habitue et ne veuille plus sortir, surtout lorsqu'il fera froid ou par temps de pluie.

Contrairement à une idée reçue, ce n’est pas en punissant un chiot qu’on lui apprend à être propre mais en le guidant patiemment et en le récompensant lorsqu’il fait au bon endroit. C’est ensuite surtout une question de temps car il n’existe pas de recette miracle permettant de rendre un chiot propre en une journée.

Le marquage

Comportement tout à fait naturel chez le chien, le marquage fait appel à son instinct territorial, profondément ancré dans son héritage d’animal sauvage domestiqué. Le corriger demande donc du temps et de la patience.

Le sens du territoire est encore très présent chez les chiens domestiques. Ils l’ont hérité de leurs congénères sauvages, qui évoluent en meutes et délimitent leurs zones de contrôle. Ils font ainsi comprendre aux autres individus ou groupes, principalement à travers les émissions d’urine, que ces territoires leur appartiennent et que quiconque oserait s’y aventurer risquerait d’en être repoussé manu militari.

Toutefois, le chien ne garde pas un territoire à proprement parler, il ne s'agit en fait que d'un message, il marque son passage et laisse, derrière lui, tout un tas d’informations à l’odorat développé des autres chiens. C’est un moyen de communication.

À la maison, dans les rues avoisinantes et durant les promenades au parc, votre chien va reproduire ce comportement territorial. Il le fera d’ailleurs instinctivement dès son arrivée dans votre foyer.

Assez rapidement, votre chiot considérera que votre maison ou une partie de celle-ci deviendra son territoire. Il se mettra à marquer sa présence en divers endroits pour commencer à délimiter sa zone de contrôle et, lorsqu’il sera plus grand, il adoptera un comportement hostile envers tout individu empiétant sur son territoire.

Pour délimiter ledit territoire, votre chien utilisera son urine comme principal marqueur. Par le biais de cette dernière, il envoie des signaux à d’éventuels intrus, leur faisant comprendre qu’ils se trouvent ou se rapprochent de sa zone « d’exclusion » ou « d’exclusivité », et qu’ils s’exposent donc à un risque de représailles de sa part.

Il en fera de même à l’extérieur du foyer. Il profitera, en effet, des promenades pour marquer de son urine plusieurs endroits dans les rues avoisinantes et dans le parc. Cette image que nous avons du chien s’arrêtant devant un réverbère ou une bouche à incendie, levant une patte arrière et urinant dessus est un grand classique.

Pour atténuer les émissions d’urine à la maison, qu’elles soient à caractère territorial ou pas, il est essentiel d’apprendre la propreté à son chien dès son plus jeune âge.

Il ne vous servira à rien de le gronder ou de le punir lorsqu’il fait pipi, ni encore moins de lui mettre la truffe dedans. Vous ne ferez que le traumatiser, sans qu’il ne puisse faire le lien entre la punition et l’accident de propreté.

Au lieu de cela, sortez-le fréquemment et félicitez-le à chaque fois qu’il urine à l’endroit voulu. À mesure qu’il grandit, instaurez des heures de promenades fixes pour qu’il s’habitue à réguler ses envies et l’inciter se retenir jusqu’à ce qu’il soit dehors.

Comme tout apprentissage de base, la propreté demande du temps pour être totalement intégrée par le chien. Armez-vous de patience, faites preuve de compréhension et misez sur le renforcement positif en récompensant et en encourageant les bons comportements, plutôt que sur les châtiments.

Votre chien ne marque pas vraiment un territoire dont il ne maîtrise pas les principes. Un chien domestique souhaite surtout s’affirmer par un marquage urinaire. Il communique avec ses congénères. C’est un comportement naturel.


 

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.