Elevage familial de bichons maltais et de chiens chinois à crête | L'ALIMENTATION

 

Elevage du bois foucher alimentation du chien

 

Si vous pensez que nourrir votre chien consiste à lui donner vos restes de table avec un peu de légumes, vous avez tout faux ! Ses besoins sont très différents des nôtres. 

Les besoins du chien sont différents en fonction de sa taille bien sûr, mais pas seulement. Son âge, son état physiologique (femelle gestante ou allaitante), son mode de vie (chien sportif ou pantouflard) et son état de santé, tout compte !

Si vous prenez un aliment industriel haut de gamme, conseillé par votre vétérinaire, il n'y a rien à y ajouter car il apporte à votre chien tout ce dont il a besoin.

Mais si vous tenez absolument à lui concocter vous-même sa nourriture, notamment parce que vous avez du temps et que cela vous amuse, sachez qu'il faudra toujours y ajouter un complément de vitamines et minéraux spécialement prévu pour les chiens nourris de façon traditionnelle (en vente chez le vétérinaire et en pharmacie), sous peine de carences.

Enfin, que vous jouiez les cuisiniers ou non, servez-le toujours dans une gamelle propre et laissez de l'eau fraîche à volonté. Peu importe qu'elle soit en plastique ou en inox, de couleur rouge ou grise : contrairement au chat qui attache beaucoup d'importance à son petit matériel, le chien s'intéresse davantage au contenu qu'au contenant !

Combien de repas par jour ?

De façon générale, il est déconseillé de laisser au chien l’accès à sa nourriture à volonté afin de bien pouvoir contrôler ses apports.

Les aliments, quel que soit le mode d’alimentation choisi, devront donc de préférence être distribués sous forme de repas.

L’estomac très distensible d’un chien adulte sans problème de santé particulier l’autorise à ne faire qu’un seul repas par jour.

Mais, dans de nombreux cas, il est cependant conseillé de fractionner la ration journalière en 2 à 3 repas par jour :

  • chez les animaux qui ont des besoins énergétiques importants comme les chiots pendant leur période de croissance, les chiennes gestantes et allaitantes et les chiens sportifs comme par exemple, les chiens de chasse,
  • généralement quand la ration alimentaire est humide (pâtées, ration ménagère…) et donc plus volumineuse et particulièrement chez les chiens qui appartiennent à des grandes races pour limiter les risques de torsion de l’estomac auxquels ils sont plus sujets,
  • chez les animaux qui souffrent de troubles gastro-intestinaux. Le fractionnement des repas leur garantira une digestion plus facile,
  • chez les chiens qui sont particulièrement voraces naturellement (LabradorBeagle…) ou qui ont des apports caloriques réduits dans le cadre d'un régime amaigrissant afin de leur éviter de trop ressentir la faim.

 

Croquettes ou patée ?

Pour bien nourrir son chien, on se pose forcément la question de savoir s'il faut choisir les croquettes ou les boîtes. Chaque alimentation a ses avantages et ses inconvénients. 

Avantages des croquettes pour chien (aliments secs)

LA QUALITÉ EST ESSENTIELLE

Les croquettes présentent de nombreux avantages, mais la qualité de l'aliment doit passer avant tout. Si vous choisissez des croquettes premier prix, votre chien n'aura pas tous les nutriments nécessaires à une bonne santé. Pour lui apporter tout ce dont il a besoin, il faut choisir des croquettes Premium de bonne qualité. La marque Sam & Lily vous propose notamment une gamme de croquettes saines avec une haute teneur en viande et produits frais, et avec peu ou sans céréales.

FACILES À DOSER ET À CONSERVER

Les croquettes sont faciles à doser et à conserver. Une fois le sac ouvert, il peut être gardé sans s’abîmer et ne sent pas mauvais. Il suffit de respecter les doses indiquées pour que votre chien trouve tout ce qui lui est nécessaire dans ses repas. Les aliments secs sont donc plus hygiéniques. Il est aussi plus facile de stocker de grandes quantités de nourriture dans un petit espace.

DES ALIMENTS SECS PLUS FACILES À DIGÉRER

Les croquettes sont plus faciles à digérer que les aliments humides. Il n'est pas nécessaire de donner de très grosses quantités et le chien a davantage de facilité à les digérer. Les selles sont moins abondantes et moins odorantes.

UNE BONNE HYGIÈNE BUCCODENTAIRE

Les aliments secs favorisent une bonne hygiène buccodentaire pour votre chien. En mâchant quotidiennement ses croquettes, le chien se "brosse les dents". La consommation d'aliments secs permet de limiter la formation de tartre sur les dents.

Avantages des boîtes ou pâtées pour chien (aliments humides)

UN REPAS APPÉTISSANT

Les pâtées sont des repas appétissants pour le chien. Le plus souvent, il préfère manger des pâtées plutôt que des croquettes. Les goûts sont variés et cela permet à votre animal de ne pas toujours manger la même chose jour après jour.

UNE ALIMENTATION TRÈS HUMIDE

Les boîtes correspondent à une alimentation très humide. Ce peut être intéressant si votre chien ne boit pas suffisamment. Mais comme les pâtées contiennent beaucoup d'humidité, le chien doit en consommer davantage que des croquettes pour avoir le même apport en nutriments. La forte humidité permet aussi de limiter l'apparition d'éventuels problèmes urinaires.

PLUS FACILES À AVALER

Pour les chiens âgés ou les très jeunes chiens, les pâtées sont plus faciles à avaler. Elles sont plus adaptées pour les chiens difficiles à nourrir ou qui ont peu d'appétit.

Puis-je alterner les deux types d'aliments ?


En alternant pâtées et croquettes, votre chien va bénéficier des avantages de chaque type d'aliment tout en limitant les inconvénients. Préférez toutefois donner en majorité des croquettes pour limiter l'apparition de la plaque dentaire. Dans tous les cas, veillez à ce que votre chien ait toujours de l'eau fraîche à sa disposition.


 

Choisir les meilleures croquettes

faire un premier tri par le prix

Le prix des croquettes est le premier indicateur à prendre en compte pour bien choisir ses croquettes. Un prix inférieur à 2€ par kilo signe à coup sûr une mauvaise qualité des matières premières employées dans la fabrication des croquettes : farines animales, céréales en trop grande quantité… Ces matières premières de piètre qualité apportent des protéines peu digestibles et des quantités d’amidon qui peuvent entraîner au pire une malnutrition ou au mieux des désordres digestifs chez les chiens sensibles.

Dans un premier temps, vous pouvez donc faire un premier tri en éliminant d’emblée toutes les croquettes « discount » pour réduire la liste des possibilités. Attention, choisir à l’inverse les croquettes les plus chères du magasin ne vous garantira pas non plus qu’elles seront bien adaptées à votre animal. Ce serait bien trop simple…vous vous en doutez bien !

La liste des ingrédients

Dans la liste des ingrédients qui figurent sur l’étiquette d’un paquet de croquettes, les ingrédients mis en œuvre avant cuisson dans le produit sont listés par ordre d’importance. Les premiers ingrédients cités sont donc généralement présents en plus grande quantité. C’est notamment le cas des céréales dans les croquettes premiers prix à fuir !

Attention !

La règle du premier ingrédient présent en plus grande quantité n’est pas toujours vraie. Certains intitulés peuvent être « éclatés » en différentes sous-rubriques. C'est le cas par exemple de l'intitulé "céréales" qui peut être "éclaté" en sous-rubriques telles que "maïs", "blé", "riz"... afin qu’elles n’apparaissent pas en tête de liste. Il faut donc être vigilant et ne pas se limiter à la lecture des ingrédients qui apparaissent en premier dans la liste mais bien lire l’ensemble.

Si de la viande fraîche apparaît dans les premiers ingrédients, sachez que cette matière première est riche en eau et qu'il est possible,qu'après cuisson, elle ne soit plus présente en très grande quantité dans le produit fini. Pour avoir une idée de sa quantité finale présente dans le produit fini, il faut diviser la quantité indiquée avant cuisson par 4.

Repérez dans la liste des ingrédients les sources de protéines animales apportées par les viandes, les poissons, les abats … : elles sont plus intéressantes nutritionnellement que les protéines végétales apportées par des céréales (qui apportent en plus des glucides dans la ration) ou des farines de soja.

En règle générale, plus la dénomination des ingrédients est détaillée et plus vous aurez de chances d’avoir affaire à une croquette « haut-de-gamme », fabriquée avec des matières premières de qualité. Les fabricants qui ont recours à des dénominations vagues et catégorielles (comme « viandes » ou « sous-produits » par exemple) peuvent légalement substituer une matière première à une autre en fonction du cours des matières premières afin de réduire les prix de fabrication. En revanche, les fabricants qui choisissent d’être plus précis dans leur étiquetage en mentionnant l’espèce des viandes mises en œuvre dans leurs produits (exemple : « poulet », « bœuf »…) s’engagent à bien utiliser ce type de matière première. Orientez-vous donc vers les croquettes pour lesquelles les listes des ingrédients sont les plus détaillées et précises possibles.

Digestibilité des protéines : des informations qui ne figurent pas forcément sur l'étiquette !

Préférez, si cette information est disponible, les croquettes cuites à la plus basse température possible. Dans ce type de croquettes, les protéines sont moins dégradées par la cuisson et donc plus assimilables par le chien!

Enfin, repérez les éventuels additifs chimiques qui doivent être indiqués dans la liste des ingrédients. Il s’agit d’agents conservateurs à la toxicité suspectée (BHT, BHA, nitrosamines, éthoxyquine…), de colorants, d’agents de textures, d’arômes artificiels et des exhausteurs de goût de synthèse. Orientez-vous de préférence vers des croquettes formulées avec le moins d’additifs possibles et avec des conservateurs naturels tels que l’acide ascorbique issu de la vitamine C ou les tocophérols issus de la vitamine E. Sachez cependant que ce type de conservateur est moins efficace que les conservateurs de synthèse et que, par conséquent, les croquettes qui en contiennent se conserveront moins longtemps que les autres…

Les constituants analytiques

Les constituants analytiques peuvent pouvant être affichés sous les autres dénominations « Analyse moyenne » ou « Analyse nutritionnelle ». Ils renseignent sur les quantités de nutriments présents dans l’aliment.

Ainsi, on peut y lire a minima :

  • Le taux de protéines,
  • Le taux de lipides (matières grasses),
  • Le taux de fibres/cellulose,
  • Le taux de cendres brutes.

Pré-sélectionnez les croquettes qui contiennent le plus de protéines et le moins de glucides possible. Mais attention, pris tels quels, ces taux ne permettent pas de savoir si une croquette est de bonne qualité nutritionnelle. Ne vous fiez pas aux sites qui annoncent que la croquette « idéale » doit contenir 20% de glucides, 30% de protéines…c’est une approche beaucoup trop simpliste des choses.

Un taux de protéines élevé n’est pas un gage absolu de qualité. Les protéines des croquettes peuvent être apportées par les os, les tendons des sous-produits utilisés pour fabriquer les croquettes comme par des morceaux de viandes plus nobles. Or, les protéines des os et des tendons sont principalement constituées de collagène, des protéines de mauvaise qualité qui ne couvrent pas bien les besoins nutritionnels des chiens.

Il faut alors interpréter ce taux de protéines en le croisant avec les sources de protéines listées sur l’étiquette, dans la liste des ingrédients et le taux de cendres. Si ce taux est généralement important dans les croquettes riches en protéines animales, un taux supérieur à 12% est presque toujours le signe de matières premières de mauvaise qualité. Il signale en effet qu’une grande quantité d’os dans les farines animales ou les sous-produits animaux utilisés – et donc de « mauvaises protéines » - a été utilisée pour fabriquer les croquettes. Attention, un taux de cendres réduit peut être retrouvé dans des croquettes riches en protéines…mais d’origine végétales apportées notamment par des céréales. Ces protéines sont également de moindre qualité nutritionnelle pour le chien.

De bonnes croquettes sont des croquettes adaptées aux besoins nutritionnels spécifiques de mon chien

Maintenant que vous savez différencier une croquette de qualité d’une croquette bas de gamme, il vous reste à déterminer si cette croquette est bien adaptée aux besoins nutritionnels spécifiques de votre animal.

Faire son choix en fonction des gammes de croquettes ne suffit pas...

Le vaste marché des croquettes peut être segmenté de 3 manières, en fonction :

  • des races de chien (croquette pour Yorkshire, croquette pour bouledogue…)
  • de besoins diététiques particuliers du chien (croquettes pour chien diabétique, allergique, cardiaque…)
  • des besoins physiologiques des chiens (chien adulte, chien sénior, chiot en croissance, chien stérilisé, chien sportif…)

De bonnes croquettes sont des croquettes qui réussissent à mon chien

Vous l'aurez compris la qualité d'une croquette repose avant tout sur la qualité de ses ingrédients et sur la qualité de son mode de fabrication. Outre  son taux de glucides et la quantité et la qualité de ses protéines, d'autres éléments sont à prendre en compte comme leur apport en Omégas 3 (idéalement proche de 1%) et le rapport Oméga 6/3 (qui doit tendre idéalement vers 4/1) , sur la couverture des besoins en vitamines, minéraux et fibres et sur la digestibilité de l’aliment par VOTRE chien.

Et oui, il faut aussi toujours garder à l'esprit que des croquettes « bonnes sur le papier » ne vous garantissent pas qu’elles seront suffisantes pour couvrir les besoins spécifiques de votre animal. En effet, chaque chien est différent et il est possible qu’il ait des besoins supérieurs aux recommandations standard qui sont énoncées ci-dessus.

Il est donc indispensable de valider votre choix en « testant » les croquettes sélectionnées sur votre animal afin de voir si elles lui conviennent. Pour ce faire, observez :

  • l'aspect général de votre chien : son pelage doit être fourni et brillant, sa peau doit être saine et sans pellicules et sa musculature doit être bien développée. Cet aspect ne sera malheureusement observable qu'après quelques mois d'alimentation avec les croquettes en question...
  • ses excréments. Un chien qui digère bien son aliment doit faire des petites crottes bien moulées. Dans le cas inverse, si votre chien fait des selles volumineuses, fréquentes et/ou particulièrement malodorantes, il y a de fortes chances que ses croquettes ne lui conviennent pas.

En résumé

Pour sélectionner de "bonnes" croquettes, il faut :

  • Faire un premier tri des croquettes par leur prix et dans les gammes segmentées en fonction de la physiologie du chien,
  • En regardant les informations figurant sur l'étiquette, sélectionnez les croquettes  :
    • dont les ingrédients sont les plus précis et détaillés possibles (mention des espèces animales et/ou végétale des ingrédients),
    • qui contiennent le plus de protéines et le moins de glucides possible ET dont les protéines sont apportées par des sources animales de bonne qualité (cuites à basse température de préférence).
  • Valider le choix de vos croquettes en vérifiant qu’elles conviennent au cas particulier de votre chien. Basez-vous sur l’état de son poil, de sa peau, de sa musculature et de ses excréments.

Choisir les meilleures patées

Contrairement aux croquettes, la pâtée est un aliment extrêmement riche en eau (entre 70 et 80%) et faible en glucides : moins de 10%, et souvent un taux proche de 0. La pâtée de par sa composition est l’aliment industriel qui se rapproche le plus de ce que nos animaux peuvent chasser dans la nature.

Donner de la pâtée à son animal a plusieurs vertus :

  • C'est une alimentation riche en eau, comme on l'a souligné : cela limite donc les risques de pathologie du bas de l'appareil urinaire telles que les insuffisances rénales chroniques, les cristaux ou les calculs. Cela préserve aussi les reins et le foie, et enfin facilite la digestion en hydratant correctement.
  • C'est une alimentation riche en viande : elle est donc très digeste pour nos carnivores/omnivores. Plus que n'importe quel aliment sec, la pâtée est un aliment tout à fait adapté à la physiologie digestive de nos chiens et chats. Elle est donc particulièrement recommandé pour les animaux souffrant de pancréatite, inflammations diverses du système digestif et maladie inflammatoire chronique de l'intestin.
  • C'est, enfin, une alimentation très pauvre en glucides : elle est donc particulièrement indiquée en cas d'obésité, de pancréatite ou de diabète. Elle permet aussi de caler les animaux trop gloutons, puisqu'elle est riche en eau.

Il existe néanmoins deux bémols : plus encore que les croquettes, la pâtée n'est pas forcément la meilleure alliée de l'hygiène bucco-dentaire de nos chiens et chats. Il faut donc penser à la surveiller et l’entretenir autant que lorsque votre animal mange des croquettes, par exemple en leur donnant des aliments à mâcher pour utiliser leurs mâchoires et « se nettoyer » un peu les quenottes.

Les différents types de pâtée :

C'est très simple : il n'y en a que deux ! Et dans chaque « famille », il faut bien entendu être attentif à la présence de certains éléments indispensables.

  • Les pâtées complémentaires qui ne sont pas des aliments complets. Elles contiennent en général une ou deux sources de viandes et/ou poissons, mais aucun ajout de vitamines, minéraux, lipides, acides aminés et omégas. Ce peut être un plus, soit 15 à 25% de la ration quotidienne de votre animal, mais pas sa seule source d'alimentation, sinon gare aux carences !
  • Les pâtées complètes sont riches en eau, en viande, et comptent toutes les vitamines, minéraux, lipides et acides aminés dont nos animaux ont besoin. Si l'aliment est réellement complet, c'est indiqué sur l'étiquette et il peut carrément remplacer les croquettes au quotidien !

Enfin, la pâtée reste, malgré tous ses avantages, un aliment frais certes mais aussi industriel. Il faut donc savoir distinguer les pâtées de qualité qui existent et sont fortement recommandées des autres.

Bien choisir sa pâtée :

Il y a quelques éléments à étudier pour bien choisir sa pâtée. On peut tout simplement commencer par analyser la composition.

Une bonne pâtée doit contenir :

  • essentiellement de la viande et de qualité (minimum 60%),
  • aucun sous-produit, ou alors des sous-produits de qualité et détaillés comme les abats,
  • aucun colorant ni conservateur,
  • peu de légumes et de sources de glucides : une pâtée contenant du maïs ou du blé est donc à proscrire. Comptez maximum 20% pour un chien et 10% pour un chat,
  •  pas ou peu de bouillon( maximum 30%).

Enfin elle doit avoir une composition claire et détaillée des types de viandes, aliments utilisés et leurs quantités.

La bonne pâtée et la mauvaise pâtée : comment faire la différence ?

Dans une mauvaise pâtée vous trouverez (ou pas) :

  • des viandes mais surtout des sous-produits animaux (dont 4% de canard), des sous-produits d'origine végétale (parfaitement superflus pour nos animaux qui ont surtout besoin de viande!), des extraits de protéines végétales et des minéraux, 
  • globalement, aucune indication précise sur les aliments qu'elle contient, 
  • des céréales comme 1ère source de composition. 

En résumé, ça ne donne pas du tout confiance, et ça donne plutôt envie de fuir. 

Au contraire, dans une bonne pâtée, vous trouverez : 

  • entre 50% et 70% de viande, 
  • une composition détaillée, 
  • aucune céréale ni sous-produits, 
  • peu de légumes ou de glucides, 
  • toujours moins de 30% de bouillon. 

Quantités et précautions à prendre :

Par rapport aux croquettes, c'est très simple : on multiplie les doses par 3 ou 4. Si vous voulez donner un peu de croquettes en même temps, il faut enlever 20g de croquettes pour 70g de pâtée ou 25/30g de croquettes pour 100g de pâtée.

Bien entendu, ce ratio est à adapter en fonction de votre animal et de son style de vie.

Quelques précautions :

  • À conserver au frigo : si votre animal n'a pas tout dévoré au bout de 30 min, placez le tout au frigo, ainsi que la boîte entamée. Cela se conserve très bien ainsi et il existe même des gamelles hermétiques.
  • Une transition en douceur : si vous démarrez l'alimentation humide, méfiance : c'est riche en eau et en viande donc oui, la diarrhée n'est potentiellement pas loin ! Comme pour tout changement alimentaire, il faut assurer la transition en douceur en augmentant progressivement les quantités et en surveillant l'état des selles.

Nourriture BARF

Face au rejet croissant de l’alimentation industrielle, de plus en plus de propriétaires d’animaux font désormais le choix d’une alimentation qui suit les principes du BARF pour leur chien. De quoi s’agit-il exactement ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ? 

Le BARF est un mode d’alimentation des chiens visant à se rapprocher de celui des canidés sauvages comme les renards et les loups. Ce régime a été conceptualisé en 1993 dans le livre d’un vétérinaire australien, le Dr Ian Billinghurst bien qu’en réalité, il existe depuis bien plus longtemps.

les nourritures industrielles à base d’ingrédients cuits et riches en céréales ne seraient pas appropriées aux chiens qui sont, à l’origine, des carnivores. Ce type d’alimentation industrielle serait même à l’origine d’un très grand nombre de problèmes de santé chez les chiens domestiques tels que l’obésité, des troubles de la croissance et de la reproduction et le diabète...Partant de ce postulat, le Dr Billinghurst préconise donc que le régime alimentaire des chiens de compagnie ressemble davantage à celui de leurs « cousins » sauvages et à celui qu’ils avaient avant l’apparition des croquettes. Ce régime, plus en phase avec leur nature de carnivore, devrait donc être constitué de viandes et d’os, de fruits et légumes broyés et d’abats, le tout distribué cru au chien…comme pourrait l’être une proie qu’il aurait pu chasser dans la nature pour se nourrir.

Un "bon" régime BARF consiste à nourrir son chien avec des rations composés d’os charnus (c’est-à-dire complètement enveloppés de viande), de viande sans os, d’abats (cœur, foie, rein), de légumes et de fruits, d’huile et de suppléments divers (œufs, produits laitiers, levure de bière, complément minéralo-vitaminique…). Le tout étant toujours donné cru à l’exception de certains légumes qui peuvent nécessiter une cuisson.

En simplifiant, on pourrait donc résumer le BARF à la variante d’une alimentation ménagère classique qui ne compte pas de féculents dans sa ration.

AVANTAGES :

De nombreux bienfaits sur la santé du chien

Un régime BARF bien équilibré et préparé avec des viandes de qualité est un mode d’alimentation très qualitatif pour le chien et parfaitement digeste. Il en résulte une production de selles moins volumineuses et moins malodorantes qu’avec une alimentation industrielle classique.

Sans amidon (ou presque selon les recettes), ce régime est même très bien adapté aux besoins des animaux cancéreux ou diabétiques.

Les adeptes du BARF ne cessent également de vanter les bienfaits de ce mode d’alimentation sur la beauté du poil de leur animal, sur leur vitalité et sur leur silhouette « tout en muscle » qui leur donne des allures de chiens athlétiques.

Des dents bien propres

Le régime BARF, qui fait la part belle aux os charnus et à la viande crue, demande aux chiens un effort de mastication, là où la plupart des chiens nourris aux croquettes avalent le contenu de leur gamelle tout rond. Cet effort de mastication a un « effet brosse à dent » et garantira la propreté de la dentition de votre animal. De belles dents blanches et sans tartre qui feront par ailleurs diminuer le risque de survenue de problèmes bucco-dentaires !

Un régime qui plait aux chiens

En tant que carnivore, le chien dès son plus jeune âge est spontanément attiré par de la nourriture carnée. Le BARF constitue donc une nourriture très appétente pour l’animal qui, généralement, n’en laissera pas une miette. C’est un mode d’alimentation particulièrement adapté aux chiens difficiles qui rechignent toujours devant leur gamelle de croquettes…

Un régime qui « cale bien »

Le régime BARF permet au chien de recevoir des portions journalières beaucoup plus généreuses que les croquettes. A nombre de calories égales, la portion BARF, riche en eau, occupe un volume plus important dans la gamelle et dans l’estomac que des croquettes. Là où un chien recevait une ration journalière de 200g de croquettes, sa ration BARF pourra atteindre les 600g par jour.  Ce volume important des rations pour une faible densité calorique fait du régime BARF un mode d’alimentation qui peut donc rassasier davantage que les croquettes. Il est donc très intéressant pour les chiens de nature vorace et qui ont une tendance naturelle à l’embonpoint comme le Labrador ou le Beagle pour ne citer qu’eux…

Un régime qui convient à tous les âges et à toutes les situations

A de très rares exceptions, l’alimentation BARF convient aux chiens de tous âges et de tous niveaux d’activité. Même les chiennes en périodes de gestation ou de lactation de la chienne peuvent être nourries de la sorte. La seule précaution à prendre sera bien évidemment d’adapter les quantités et les compléments alimentaires à chaque stade de la vie de l’animal avec l’aide de votre vétérinaire.

INCONVENIENTS :

Le BARF a mauvaise réputation

En dépit de ses nombreux bienfaits sur la santé du chien, le régime BARF ne fait pas l’unanimité chez tous les vétérinaires nutritionnistes. Chez certains d’entre eux, il a même franchement mauvaise réputation. En réalité, ce n’est pas le régime BARF en lui-même qui est mauvais pour la santé mais les erreurs nutritionnelles que les propriétaires d’animaux peuvent faire en les nourrissant avec un BARF déséquilibré. Trop riche en os ou au contraire pas assez, excès ou déficit en vitamines, choix de viande de mauvaise qualité dicté par les difficultés d’approvisionnement …sont autant de raisons qui peuvent rendre les vétérinaires sceptiques vis-à-vis du BARF.

Pour s’affranchir de ce risque, il est donc impératif, avant de se lancer dans un tel mode d’alimentation, de demander conseil à son vétérinaire pour établir avec lui plusieurs « recettes » (un menu-type pour la semaine, en quelque sorte) dont les proportions des différents ingrédients ont été calculées avec précision pour couvrir tous les besoins de votre animal, sans excès ni carence. Et surtout, il faut absolument s’y tenir quelles que soient les difficultés d’approvisionnement rencontrées ou la lassitude de devoir préparer les repas de son chien. Gardez toujours à l’esprit que les erreurs nutritionnelles n’ont pas de conséquences sur la santé à court terme de votre chien mais qu’elles en auront de sérieuses à plus long terme.

C’est plus fastidieux à préparer

Comme une alimentation ménagère classique, le régime BARF sous-entend de devoir préparer les repas de son chien. Si les viandes et les os charnus sont souvent donnés entiers, en l’état, il faut prendre soin de broyer les légumes voire de les cuire pour certains, de peser les compléments pour préparer les portions etc. Le BARF demande donc un temps de préparation plus important pour le maître de l’animal qu’une alimentation industrielle où il suffit d’aller ouvrir un sachet ou une boîte. Il est évidemment possible de s’organiser et de préparer les portions à l’avance puis de les congeler pour optimiser ce temps de préparation.

C’est plus cher que les croquettes

Une alimentation BARF coûte généralement plus cher qu’une alimentation industrielle, voire même qu’une alimentation ménagère classique qui intègre des féculents dans la ration, généralement pour en diminuer le coût. C’est d’autant plus vrai chez les chiens de grande taille pour qui la portion de viande – l’ingrédient le plus cher-  doit être proportionnellement plus importante.

Il existe néanmoins des solutions d’approvisionnement qui permettent de limiter le prix de ce mode d’alimentation et le rendre plus acceptable pour le propriétaire : des petits arrangements avec son boucher ou son volailler de quartier auprès duquel on peut récupérer les chutes de viande ou les morceaux qui sont proches de la date de péremption, avec un abattoir qui accepte de vendre aux particuliers, en adhérant à une association BARF qui négocie l’achat groupé de grosse quantité de viandes auprès des fournisseurs de viandes pour les zoo, en commandant sa viande sur des sites de sociétés qui proposent de livrer à domicile de la viande congelée pour animaux…

C’est plus contraignant à stocker

Généralement, pour faire baisser les coûts, les BARFeurs sont contraints d’acheter leur viande en grande quantité, ce qui les oblige à la congeler et donc à disposer d’importantes capacité de stockage. Là encore, c’est d’autant plus vrai chez les propriétaires de chiens de grande taille qui ont choisi le BARF.

Il y a un risque sanitaire plus important

La viande crue est très digeste pour les chiens et riche en vitamines qui ne sont pas détruites par l’étape de cuisson. Mais, l’absence de cuisson de la viande n’a pas que des avantages. Elle a l’inconvénient de présenter davantage de risques sanitaires qu’une viande cuite ou que des aliments industriels. En effet, les bactéries potentiellement pathogènes qu’elle contient ainsi que les parasites ne sont pas détruits par l’étape de chauffage et peuvent provoquer chez le chien des parasitoses ou des intoxications alimentaires.

Le risque zéro n’existe pas mais on peut néanmoins limiter le risque bactérien en appliquant des bonnes pratiques d’hygiène lors de la préparation des portions (surfaces de travail propres, lavages des mains…), en évitant de donner une viande « passée de date » et en décongelant ses viandes rapidement au micro-onde ou au froid positif.

Quant au risque parasitaire, il est souvent très réduit lorsque l'on exclut les viandes à risque du régime, comme la viande de gibier par exemple, et lorsque la viande est congelée plus de 7 jours. On peut aussi le limiter en vermifugeant régulièrement son chien.

Un chien nourri au BARF, c'est plus compliqué à faire garder

On en revient aux questions de l’approvisionnement et du côté « repas fastidieux à préparer » évoquées précédemment. Un maître habitué à la préparation du BARF et motivé s'affranchira de ces deux inconvénients. Mais, en sera-t-il de même pour un proche ou une pension canine à qui vous confiez votre chien ?  Certes, il n’y a rien d’insurmontable mais cela demandera quand même une formation accélérée de votre dog-sitter au BARF ou la préparation à l’avance de rations congelées pour toute la durée de votre absence…si toutefois votre dog-sitter est en capacité de les stocker correctement.


 

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.