RISQUES et DANGERS

 

Dangers elevage du bois foucher vente chiots bichons maltais


 

Aliments dangereux pour sa santé

 

Alimentation chiens, élevage du bois foucher


 

En cas de forte chaleur

Régulièrement en France l'été, les urgences des cliniques vétérinaires sont saturées en raison des grosses chaleurs. Une consultation sur deux est liée à un coup de chaleur, car bien souvent, les maîtres ne se rendent pas compte que leur animal a un coup de chaud, dans la mesure où les animaux ne se plaignent pas. Et pourtant, ils sont sont beaucoup plus sensibles que les humains aux variations de températures. 

L'affaire est à prendre au sérieux : chaque année, de nombreux animaux décèdent suite à un coup de chaud. Même un animal en parfaite santé. Parfois, cela peut même intervenir rapidement, seulement en quelques heures. Soyez donc particulièrement vigilants. 

Quels sont symptômes à surveiller ? ⇒ Pour repérer un coup de chaleur chez l’animal, certains symptômes ne trompent pas : hyperventilation, déambulation, regard fixe, signes de stress ou augmentation de la température (au dessus de 39,5°c). Dans ce cas, les propriétaires doivent appeler les urgences vétérinaires et agir pour refroidir l'animal, car la situation peut rapidement s’aggraver

Pour éviter le pire, voici quelques conseils qui protégeront vos animaux de la chaleur.

► Limitez les sorties aux besoins de l'animal

Ce n'est pas grave s'il y a moins de sorties pendant deux ou trois jours. Le matin quand il fait frais, au réveil avant le petit-déjeuner et puis avant de partir au bureau, par exemple. Idem le soir, avant le dîner et puis avant d'aller au lit, conseillent les vétérinaires. En outre, inutile de tondre à raz votre chien. Il faut alléger l'intensité du pelage, pas trop court, pour éviter que l'animal attrape des coups de soleil.

►  De l'eau, jusque sous les coussinets 

En cas de sortie prolongée, empruntez un itinéraire avec des lieux ombragés et prenez avec vous un spray et des bouteilles d'eau pour hydrater l'animal. "Les rues sont chaudes, vous pouvez tremper les coussinets de l'animal dans de l'eau après la promenade, cela permettra de faire redescendre la température de l'animal.

ATTENTION au goudron brulant !!!

►  Mettez votre animal dans la pièce la plus fraîche

Avant de partir au travail, fermez les volets, stores et rideaux des pièces exposées au soleil. Laissez deux à trois gamelles d'eau car elle s'évapore avec la chaleur. En revanche, évitez de laisser un ventilateur allumé pendant votre absence, un accident peut vite arriver. Et enfin, comportement à bannir absolument : laisser votre animal seul dans la voiture, même la fenêtre ouverte. L'habitacle se transforme en effet très rapidement en fournaise, ce qui peut conduire à la  mort de votre animal. 

►  Rafraîchir l'animal avec une petite douche fraîche

Les chiens comme les chats transpirent peu, il est donc nécessaire de trouver des moyens détournés pour réguler leur température et les maintenir en bonne santé. Une petite douche avec de l'eau pas trop froide pour éviter le choc thermique.

►  Privilégiez les aliments humides

Autrement dit, optez pour la gamelle de pâtée plutôt que pour les croquettes. La pâtée contient 80% d'eau, cela peut être utile pour un chat, car l'animal n'est pas un grand buveur. En particulier lorsqu'ils sont âgés, car ils ont souvent des problèmes de rein. Inutile pour autant de contrarier les habitudes de votre animal domestique si celui-ci refuse de manger.


 

Les Chenilles Processionnaires

Les chenilles processionnaires sont de petites chenilles dont les œufs ont été pondus sur un pin (leur nom complet est d’ailleurs chenilles processionnaires du pin. Elles ont pour habitude de se déplacer les unes derrière les autres, un peu comme lors d’une procession religieuse, d’où leur appellation. Une fois descendues de leur arbre et arrivées sur un sol meuble, ces chenilles s’y enterrent puis se transforment en papillon. Elles choisissent ensuite de se loger dans un pin pour y pondre à leur tour leurs œufs et renouveler le cycle de naissance. A priori inoffensive, la chenille processionnaire est en réalité extrêmement dangereuse pour votre chien. Les poils de cette chenille sont en effet venimeux et tout contact avec la peau ou les muqueuses est particulièrement violent. En présence d’un ennemi potentiel, comme votre chien, les chenilles processionnaires n’hésitent pas à libérer ces poils venimeux.

NOS CONSEILS POUR PROTÉGER VOTRE CHIEN DES CHENILLES PROCESSIONNAIRES

  • Optez pour la prévention

Éviter les chenilles processionnaires est encore la solution la plus efficace pour protéger votre chien. Concrètement, il s’agit de renoncer aux balades en forêts de pins au printemps, période la plus critique pour les attaques de chenilles processionnaires. Il peut aussi être utile d’identifier, sur Internet, à quoi ressemblent les nids et les chenilles processionnaires afin de vous en éloigner. Si vous apercevez un nid de chenilles processionnaires à l’extérieur de votre habitation, pensez à informer les services compétents de votre commune. Chez vous, faites appel à un professionnel pour vous en débarrasser, et éloignez votre chien !

  • Détectez les symptômes

Le contact des poils de la chenille processionnaire avec la peau de votre chien provoque une réaction violente, presque immédiate, et comparable à une réaction allergique. Une inflammation, une brûlure, une rougeur ou encore un œdème associés à une douleur sont les principaux symptômes d’un contact avec les poils urticants de la chenille processionnaire. De façon quasi systématique, votre chien va tenter de se débarrasser de ces poils en se léchant avec sa langue. Cette action n’a pour autre effet que d’infecter sa langue ! Votre chien se met alors à frotter sa gueule pour manifester sa gêne.

  • Consultez votre vétérinaire en urgence

Les poils de chenilles processionnaires représentent deux principaux dangers. Ils peuvent d’abord causer un choc anaphylactique chez votre chien et entraîner sa mort par manque de respiration. Ils peuvent également être responsables d’une nécrose de la langue. Dans les cas de nécroses importantes, l’animal n’a alors plus la possibilité de se nourrir seul et est souvent condamné à l’euthanasie. Si vous décelez l’un des symptômes listés ci-dessus, emmenez votre chien en urgence chez votre vétérinaire. Celui-ci pourra procéder à un nettoyage de la zone infectée et administrer les soins adéquats à votre chien. Un suivi de l’état de santé de votre chien durant plusieurs jours devra également être mis en place.

OÙ TROUVE-T-ON LE PLUS DE CHENILLES PROCESSIONNAIRES ?

Les régions de l’extrémité nord de la France (Nord-Pas-de-Calais, Picardie, etc.) et de l’extrémité nord-est (Alsace) semblent encore épargnées par la présence de chenilles processionnaires. Mais il n’est aujourd’hui pas rare de constater la présence de chenilles processionnaires en région parisienne. Toute la zone située au sud de Paris est directement concernée par ce phénomène. L’absence de forêts de pins dans votre commune ne vous dispense toutefois pas d’une connaissance approfondie des chenilles processionnaires. Votre chien pourrait y être confronté lors des vacances ou d’un déménagement.


 

Les Allergies Saisonnières

Reconnaître l’allergie chez l’animal

Les chiens sont plusieurs fois par jour en promenade à l’extérieur et donc en contact direct avec l’air rempli de pollen. Mais également  lorsque le pollen retombe à la fin de la saison, ils le reniflent directement sur le sol.

Les symptômes, qui sont sensiblement les mêmes que pour l’homme, se traduisent chez l’animal par un écoulement nasal, des yeux rouges, des démangeaisons, des éternuements, des otites…

Face à ces symptômes il est important de consulter.

Quels sont les traitements ?

Il arrive qu’une piqûre de puce, une allergie alimentaire ou de contact, provoquent les mêmes symptômes que l’allergie au pollen, il est donc important de s’assurer de l’origine de ces troubles. Pour cela, le vétérinaire va procéder à un examen minutieux de l’animal et dans certains cas, il pourra également prescrire des tests sanguins ou cutanés.

Une fois diagnostiquée, l’allergie peut être traitée. Des antihistaminiques sont généralement prescrits, parfois de la cortisone : un traitement qui n’est pas anodin et dont il faut suivre les recommandations médicales à la lettre.

Des traitements naturels d’homéopathie ou de phytothérapie peuvent être prescrits par le vétérinaire. Et si c’est très important, il est possible d’envisager, comme pour l’homme, une désensibilisation.


 

 

Les Feux d'Artifice

Feux artifice, élevage du bois foucher


 

Chien à la plage : Les dangers de l’ingestion d’eau de mer 

Noyade, irritations, intoxication… la baignade en eau de mer est tout sauf sans danger pour votre chien. Aussi, afin de profiter pleinement cet été des joies de l’eau avec votre petit compagnon, quelques précautions sont nécessaires.

Sachez tout d’abord que tous les chiens n’aiment pas l’eau. En effet, parmi les races les plus réputées pour être «accrocs» à la baignade, il existe des chiens qui n’apprécient pas du tout de faire trempette. C’est le cas, des Terre-Neuve ou encore des golden retrievers qui sont pourtant dotées de pattes palmées.

Si votre chien fait exception à cette règle, vous faites partie des privilégiés qui pourront pratiquer la nage avec leur chien. Mais attention, avant d’emmener son chien à la plage, il est important de mesurer les dangers de l’eau de mer pour votre animal de compagnie.

Pourquoi l’eau de mer peut être dangereuse pour les chiens ?

L’eau de mer contient des ions notamment le NaCl autrement dit du chlorure de sodium en grande quantité. D’ailleurs, les mers de nos régions renferment jusqu’à 40 grammes de sels pour 1 litre d’eau.

L’ingestion de l’eau de mer provoque un déséquilibre ionique qui entraîne une importante déshydratation. Le sel attire l’eau en même temps que son élimination dans le tube digestif entraînant d’une part, une diarrhée et d’autre part en augmentant l’émission d’urine et donc la déshydratation.

Concrètement, plus votre chien ingère une quantité importante d’eau salée, plus il a de chance d’être intoxiqué.

Sur la plage et en plein soleil, votre chien peut vite se déshydrater. Il se dirigera donc tout naturellement vers la mer pour se rafraîchir et pour assouvir sa soif. Il est alors important de surveiller la durée de ses baignades pour éviter toutes mauvaises surprises.

Les symptômes de l’intoxication à l’eau de mer chez le chien

Excès de salivation, nausées, vomissements et diarrhée abondante sont les symptômes les plus courants d’une intoxication à l’eau de mer chez le chien. Dans les cas, les plus graves, ils peuvent également provoquer des troubles neurologiques caractérisés par des convulsions et un comportement anormal.

Chien à la plage : Quelques précautions pour profiter de la mer

Pas facile d’empêcher son chien d’ingurgiter l’eau de mer, il est donc important de surveiller la durée de ses baignades et de l’hydrater régulièrement.

1/ Une hydratation régulière

Sous le parasol, on emmène un distributeur d’eau ou une gamelle de voyage et l’on invite son chien à boire régulièrement de l’eau.

2/ Un bon rinçage après chaque baignade

Après chaque baignade en eau de mer, on effectue un bon rinçage à l’eau claire pour éliminer le sel et le sable mais aussi les irritations cutanées. Puis on procède au séchage bien qu’il fasse chaud.

En cas d’intoxication, consultez immédiatement un vétérinaire afin qu’il puisse mettre votre animal sous perfusion avec un produit adapté lui permettant d’éliminer plus facilement le sel de son organisme. Le vétérinaire traitera également les diarrhées et les vomissements.


 

Vacances à la Montagne avec son chien

Comme nous, les chiens aiment eux aussi partir en vacances et découvrir de nouveaux environnements. Il est donc tout à fait normal de vouloir emmener votre fidèle compagnon avec vous plutôt que de le laisser seul à la maison. Néanmoins, il est important de se poser quelques questions élémentaires, et ne pas négliger certains aspects comme les capacités physiques de votre animal si vous avez choisi les montagnes comme lieu de villégiature. Pendant votre séjour à la montagne, deux mots d’ordre : mesurer les dangers des séjours en altitude et veillez à l’hydratation de votre animal.

1. Connaître les aptitudes de son chien

Tous les chiens en bonne santé peuvent pratiquer une randonnée. Toutefois, ceux de petites tailles auront plus de difficultés à vous suivre sur des terrains abrupts alors que les plus grands souffriront de problèmes d’articulations et d’un manque d’endurance sur les longs parcours. Les chiens de taille moyenne à museau long comme les bergers sont les plus adaptés pour les longues escapades. Leur gabarit leur permet d’avoir une bonne endurance et leur long museau offre une meilleure respiration pendant l’effort.

2. Pensez à hydrater votre chien

Avant de partir à la montagne en compagnie de votre petit protégé, n’oubliez pas de prévoir pour lui de l’eau douce pour l’hydrater ainsi que des croquettes au cas où il aurait faim. Ne partez jamais en vacances sans eau, que cela soit pour vous, vos enfants ou votre animal de compagnie ! Dans les montagnes, il est plus pratique de lui apprendre à boire directement à la gourde. Les torrents ou cascades agrémentant vos promenades permettent de le rafraîchir et de lui offrir des baignades régulières. Contrairement à l’eau de mer, cette eau ne déclenche pas de diarrhées ni de démangeaisons.

3. Prévoir les dangers en se comportant de manière responsable

En dehors des parcs nationaux, il n’y a aucune loi qui vous oblige à tenir votre chien en laisse dans la nature. Faites tout de même attention à ne pas le perdre de vue au risque de vous causer des problèmes. Equipez-le par exemple, d’un médaillon connecté Petback. En effet, curieux de nature et toujours en quête de nouveaux territoires, votre chien, à force de courir, pourrait perdre l’équilibre devant des reliefs accidentés et chuter. Par ailleurs, évitez les troupeaux de brebis, la présence de votre chien peut effrayer le troupeau et le chien du berger pourrait en vouloir à votre animal.

Les vacances à la montagne riment souvent avec la pratique de randonnées. Avant votre départ, veillez à ce que votre animal soit en bonne santé et dispose des aptitudes nécessaires pour effectuer de longues marches en altitude. Pensez également à l’hydrater régulièrement. D’autre part si vous tenez à ce que votre compagnon ne se blesse ou se perde, il est préférable de l’avoir à l’œil, de multiples dangers le guettent lors d’une promenade dans la nature.


 

Dangers domestiques

Que vous habitiez en appartement ou en maison, votre chien n’est pas à l’abri d’un danger domestique

Les animaux de compagnie, plus particulièrement les chiens, ne sont pas à l’abri d’éventuels accidents au cours de leurs vies. Ce n’est pas seulement de se faire renverser par une voiture, mais également d’autres accidents domestiques que vous habitiez en appartement ou en maison. L’inattention du propriétaire peut être à l’origine de ce type de désagréments tout comme le caractère du chien, trop actif voir agressif, ou bien pour d’autres motifs qui sont aussi à prendre en compte. Quels sont ces dangers pour votre compagnon à quatre pattes et surtout comment les éviter ? Si jamais le chien est victime d’accident domestique, quelques conseils pratiques seront nécessaires.

En appartement ou en maison, les risques d’accident sont toujours importants si vous avez un chien de grande taille, comme le Mastiff, le Dogue allemand ou encore le lévrier irlandais. Ces chiens peuvent atteindre jusqu’à 90 cm et pèsent dans les 70 kg. De ce fait, même les simples mouvements de queue peuvent représenter un danger pour eux, car ils pourraient renverser des objets et se blesser avec. Vu leur taille, ils accèdent aussi au plan de travail de la cuisine avec beaucoup de facilité. Dans ces moments-là, ils peuvent se blesser avec les plaques de cuisson ou encore les couteaux. Les chiens de petites et moyennes tailles aussi ne sont pas à l’abri du danger en cuisine, car les tentations y sont nombreuses. Le risque d’ingurgiter des produits nocifs comme le lave-vaisselle est fréquent. Le chien peut aussi manger du chocolat par exemple, ce qui leur est formellement interdit et peut leur être fatal en fonction de la quantité prise. Pour les gens qui habitent en immeuble collectif et qui occupent les appartements en hauteur, les chutes du haut d’une fenêtre ou d’un balcon sont les accidents domestiques les plus communs chez les canidés.

Les conséquences d’une chute peuvent être graves certaines sont visibles de suite comme les blessures et les fractures, mais d’autres sont indétectables que par un vétérinaire comme l’éclatement des reins ou des lésions crâniennes. Pour les prévenir, on peut installer des moustiquaires par-dessus les fenêtres. Les personnes qui vivent en maison doivent également savoir que le garage est aussi un endroit dangereux pour le chien. Il peut s’y faire écraser par divers objets lourds que le propriétaire y a entreposés. Il peut s’agir de la roue de secours de la voiture ou un poste de soudure et bien plus encore. Hormis cet endroit, le garage est également un lieu où sont généralement conservés divers produits toxiques comme la peinture, l’essence, l’antigel ou plus dangereux encore les raticides.

Le caractère du chien peut également conduire à des accidents.

Les petits chiens les plus actifs comme le bull-terrier ou encore le chien chinois à crête aiment jouer avec des sacs en plastique, risquant de s’asphyxier avec. Les grands chiens à caractère joueur comme le berger hollandais ou le Brachet aiment mastiquer les objets, le danger à ce moment vient des petits objets domestiques qui traînent et avec lesquels le chien pourrait s’étouffer.

La prévention est la meilleure solution pour éviter que votre compagnon à quatre pattes ne soit victime d’accidents domestiques. Cela commence par l’éducation du chien. Il s’agit par exemple de lui interdire l’accès aux parties les plus dangereuses comme le garage ou encore la cuisine. Ne laissez pas traîner des petits objets à la portée de votre chien, car il pourrait l’avaler. Si vous vivez dans un appartement à l’étage, apprenez-lui à ne pas trop se rapprocher des fenêtres ou à aller seul dans le balcon. Vous vous assurez ainsi qu’il ne tombera pas. Si malgré toutes les précautions, un malheur devait arriver, le premier réflexe à avoir, c’est d’amener immédiatement votre chien chez le vétérinaire. 


 

Les Plantes Toxiques

Ci-dessous, une liste non exhaustive de plantes toxiques les plus souvent rencontrées, fortuitement ou non, par votre chien :​

  • L’acacia. Souvent utilisé dans les jardins, l’acacia est également présent en forêt. Il s’agit d’un puissant poison pour le chien. L’acacia contient de l'aconitine, de l'aconine et de la benzylaconine, des alcaloïdes toxiques neurotoxiques.
  • L’arum est d’une toxicité extrême pour votre chien. Les fruits comme les fleurs agissent comme un poison pour lui.
  • Le Ficus. Plutôt courant dans nos maisons et appartements, le Ficus fait valoir son aspect esthétique et sa formidable adaptabilité. Le gros problème, c’est que le ficus est toxique en raison du latex qu'il contient lorsque les feuilles sont mâchouillées. Votre chien peut alors présenter des vomissements, salivation excessive, diarrhée, irritation, inflammation des muqueuses buccale et oculaire font partie des symptômes engendrés par cette plante.
  • Lors de sa floraison en mai, le muguet devient un danger pour le chien. Lorsqu’il en ingère massivement, des troubles cardiaques peuvent intervenir ainsi que des vomissements et des diarrhées.
  • Le laurier-rose est mortel pour votre chien. Elle atteint la partie digestive de votre chien ainsi que son cœur, puis elle s’en prend au système nerveux et à la respiration. La mort se fait par asphyxie. Attention, aucun traitement n’intervient. A ses côtés, le laurier-cerise est tout aussi dangereux.
  • Le feuilles de rhododendron provoqueront des vomissements chez votre chien. En petite quantité, il n’aura d’effet que sur sa partie gastrique. En grande quantité, il peut s’avérer dangereux pour le cœur de votre compagnon, allant jusqu’au coma dans les cas les plus sévères.
  • L’anémone tue un chien en petite quantité seulement. On trouve surtout de l’anémone de bois en montagne à la fin du printemps. Ce qu’elle contient, l’anémonine, est d’ailleurs aussi toxique pour l’humain.
  • A l’instar de l’anémone, l’hortensia agit comme un poison mortel avec asphyxie.
  • La tulipe n’est pas la plante la plus toxique. A faible dose, elle ne fait qu’irriter la bouche ou le tube digestif. Le rétablissement s’opère rapidement.
  • La jacinthe, souvent cultivée dans les jardins, n’occasionne pas d’intoxication sévère. Votre chien s’en remettra mais passera par la case vomissements et diarrhées.
  • La digitale pourpre renferme de la digitaline, mortelle pour votre chien après avoir provoqué des troubles cardiaques.
  • Le gui renferme des substances toxiques et occasionne des troubles cardiaques et digestifs.
  • L’aglaonema fait partie de la famille des aracées. Elle provoque des vomissements, des troubles respiratoires et une forte salivation chez votre chien.
  • Le Yucca. Toutes les parties de cette plante sont toxiques pour le chien. Elles peuvent lui valoir des vomissements, de la diarrhée, une paralysie et même le plonger dans le coma.
  • Le houx. Il est cultivé pour le bel aspect de ses feuilles, mais aussi de ses fruits de couleur rouge vif. Ce sont justement ces derniers qui sont toxiques pour nos canidés préférés. Là encore, vomissements et diarrhées sont à craindre. A forte dose, cela peut tuer votre chien.
  • Le cyclamen peut occasionner des convulsions en cas d'ingestion importante.

Les symptômes

Les troubles consécutifs à l’absorption de plantes toxiques vont du simple vomissement à la mort. Votre chien peut ingérer des parties d’un végétal qui, dans le meilleur des cas, ne causeront que des troubles gastriques avec diarrhéesvomissements et accompagnés d’une forte salivation.

Certaines plantes peuvent occasionner des troubles nerveuxcardiaques. Votre chien peut être pris d’hypothermie. Sa respiration peut être difficile. Certaines plantes sont rédhibitoires car il n’existe aucun traitement et n’offrent que la mort par asphyxie à votre chien.

Comment réagir en cas d'intoxication ?

La seule réaction valable est d’emmener votre chien chez le vétérinaire le plus proche. Prenez soin de connaître le nom de la plante ingérée par votre chien. Si vous ne connaissez pas son nom, emportez la plante avec vous.

Relevez tout changement de comportement chez votre chien afin de le préciser au vétérinaire.

Dans tous les cas, il est important de ne pas :

  • Faire régurgiter votre chien
  • Lui donner à boire ni à manger sans l’avis du vétérinaire
  • Lui donner des médicaments que l’on donnerait normalement à un humain

Les brûlures

Le chien est sujet, lors de ses excursions intérieures et extérieures, à tous types de blessures, notamment de brûlures qu’il convient de traiter rapidement.

Les brûlures de la peau/du pelage du chien sont le plus souvent dues à des négligences humaines telles qu’une casserole d’eau renversée ou l’exposition à des produits ménagers chimiques. Pour prévenir ce type d’incident, il faut veiller à garder un œil sur votre animal lorsque vous manipulez des objets susceptibles de provoquer un accident. Si votre chien est en général assez vif, mieux vaut le faire sortir de la pièce dans laquelle vous vous trouvez lorsque vous manipulez des produits qui pourraient le brûler.

Les coussinets sont une partie des plus sensibles du corps du chien, étant au contact de toutes les surfaces. Les brusques changements de température, qu’il s’agisse d’une hausse ou d’une baisse, les mettent à rude épreuve et peuvent les endommager avec des brûlures. Pour éviter cela, évitez les sorties en pleine chaleur, notamment si vous devez marcher sur du bitume, ainsi que les sorties d’hiver dans la neige. Si vous ne pouvez faire autrement, équipez les pattes de votre chien de chaussons, qui seront de véritables protections pour ses coussinets.

Pour traiter les brûlures chez le chien, irriguez d’eau froide la zone touchée afin d’éviter la combustion et pour la refroidir. Désinfectez ensuite la zone brûlée puis passez une pommade antibiotique afin de prévenir les infections qui pourraient se développer. Couvrez ensuite la plaie avec une compresse durant quelques jours, le temps qu’une croûte se forme, puis laissez à l’air libre. En cas de brûlure importante, tournez-vous immédiatement vers votre vétérinaire.

Certains médicaments sont spécialement conçus pour soigner les brûlures des animaux domestiques.Parmi eux, on trouve :

  • Les sprays antiseptiques
  • Du gel de calendula, pour accélérer la cicatrisation
  • Une pommade antibiotique, à vous faire prescrire par votre vétérinaire
  • Un gel à l’aloe vera, pour les brûlures superficielles uniquement

Réagir face à une brûlure chimique :
Dans le cas où votre chien ne se serait pas brûlé avec une source de chaleur mais avec une source chimique, la marche à suivre est différente. S’il convient de nettoyer la zone, cela doit se faire avec une solution à base de bicarbonate qui réduit les effets des agents chimiques contenus dans les produits ménagers par exemple. N'oubliez pas de mettre des gants.


 

Plaies et saignements

Votre chien est victime d'une plaie ou d'un saignement ? Qu'il s'agisse d'une simple égratignure, d'un abcès infecté ou d'une hémorragie, la blessure peut avoir des conséquences graves : elle doit systématiquement être soignée et faire l'objet d'une consultation vétérinaire.

Une plaie constitue une brèche dans la barrière naturelle qu'est la peau. Qu'elle saigne ou non, et quelle que soit sa taille, elle permet la pénétration de diverses bactéries pathogènes à l'intérieur de l'organisme.

Pour prévenir les plaies et saignements du chien, il convient d'éviter les situations à risque : bagarres, animal jouant à proximité de fils barbelés ou de tessons de bouteilles... Mais il est malheureusement impossible de surveiller votre compagnon en permanence, et une blessure même minime peut survenir rapidement. Il est important de ne jamais ignorer une plaie, même si elle paraît bénigne : le risque d'infection est toujours présent et la consultation doit être systématique.

Si la plaie ne saigne pas, nettoyez la zone affectée à l'eau et au savon, retirez les corps étrangers, et désinfectez à l'aide de bétadine ou d'une solution antiseptique à base de chlorhexidine. Séchez puis pansez ensuite la blessure avec une compresse de gaze stérile maintenue par une bande. Si votre chien s'attaque à son pansement ou tente de se lécher, mettez-lui une collerette.

Si la plaie saigne, il faut immédiatement la nettoyer et la désinfecter, avant de faire un pansement compressif : immobilisez le chien, placez un linge propre sur la blessure, et exercez une pression ferme. Le sang doit s'arrêter de couler au bout de quelques minutes. Dans le cas d'un saignement très abondant, ne perdez pas de temps à nettoyer la plaie : tentez de stopper l'hémorragie, et rendez-vous chez le vétérinaire en urgence.

Une plaie infectée (gonflement, peau chaude et rouge, présence de pus) nécessite un traitement antibiotique, voire un nettoyage chirurgical : sans prise en charge vétérinaire, elle pourrait très vite s'étendre et dégénérer en septicémie générale.

N'administrez jamais de médicaments destinés aux humains à votre animal pour tenter de soulager sa douleur : cela pourrait être mortel pour lui. Vous pouvez par contre recourir sans problème à l'homéopathie (Arnica 9 CH par exemple), et utiliser des sprays ou gels cicatrisants de formulation vétérinaire. En ce qui concerne les antibiotiques en cas de plaies infectées, seul un vétérinaire peut vous les prescrire.

Comment soigner un chien en toute sécurité ?
 Avant d'examiner la plaie d'un chien et lui procurer les premiers soins, il faut le museler : sous le coup de la douleur, même l'animal le plus gentil peut mordre très fort ! Si vous n'avez pas de muselière sous la main, une cordelette ou un lacet noué autour de son museau peut faire l'affaire.


 

10 votes. Moyenne 5.00 sur 5.