Elevage familial de Bichons Maltais et de Chiens Chinois à Crête | L'APPRENTISSAGE de la LAISSE

 

Chiot bichon maltais elevage du bois foucher marche en laisse

 

A la fois pratique et obligatoire dans différents types de situations, la laisse fait partie des accessoires de base à avoir lorsque l’on a un chien, au même titre que le collier, la gamelle ou encore le couchage. Son utilisation est exigée par la loi dans les lieux publics. Elle est un lien concret et physique entre le maître et l’animal durant les promenades et constitue, par ailleurs, un gage de sécurité pour le chien comme pour les autres individus qu’il est appelé à croiser. Encore faut-il choisir le modèle le mieux adapté à son animal et lui apprendre à marcher correctement avec, ce qui demande de la patience et du travail.


 

Quelle est l'utilité de la laisse ?

 

Quelle est l’utilité de la laisse ?

Pourquoi priver son chien de sa liberté de se mouvoir à sa guise ? A priori, cela revient à imposer à son animal une véritable contrainte, mais elle est justifiée par diverses considérations, en premier lieu celles ayant trait à la sécurité.

La Loi N° 83.629 du 12 juillet 1983 stipule notamment que les chiens doivent être tenus en laisse dans les lieux publics et ceux ouverts au public. Le port de la laisse relève donc d’une obligation légale.

Cette loi n’a pas été élaborée par hasard ; elle vise à prévenir les incidents pouvant survenir lorsque des chiens sont hors de contrôle. Ils peuvent, par exemple :

  • s’éloigner leurs propriétaires et fuguer (d’où l’importance de l’apprentissage précoce du rappel)
  • se diriger vers d’autres chiens ou des personnes qui pourraient soit être agressés ou effrayés (même involontairement), soit leur faire du mal.
  • le risque d’accident de la route n’est pas non plus à écarter.

Quelle que soit la qualité d’éducation donnée à son chien, le promener en le tenant en laisse obéit au principe de précaution. Bien entendu, il existe certains lieux où le fait de laisser son animal évoluer en toute liberté est toléré.

A la fois pratique et obligatoire dans différents types de situations, la laisse fait partie des accessoires de base à avoir lorsque l’on a un chien, au même titre que le collier, la gamelle ou encore le couchage. Son utilisation est exigée par la loi dans les lieux publics. Elle est un lien concret et physique entre le maître et l’animal durant les promenades et constitue, par ailleurs, un gage de sécurité pour le chien comme pour les autres individus qu’il est appelé à croiser. Encore faut-il choisir le modèle le mieux adapté à son animal et lui apprendre à marcher correctement avec, ce qui demande de la patience et du travail.

 

La laisse et le collier

 

La laisse et le collier

Comment choisir la bonne laisse pour son chien ?

La plupart des spécialistes de l’éducation canine recommandent d’opter pour une laisse métallique ou en nylon, car leur durée de vie est généralement supérieure à celle qu’offrent les modèles en cuir. Les laisses munies d’une poignée rembourrée sont également à privilégier, car si l’on a affaire à un chien qui a tendance à tirer (un défaut à corriger le plus vite possible), cela peut laisser des traces sur les mains.

En ce qui concerne la longueur de la laisse, les modèles mesurant un mètre à 1,20 m sont conseillés. Ceux trop courts « emprisonnent » l’animal, ne lui laissant qu’une liberté de mouvement extrêmement restreinte, alors que ceux trop longs, comme les enrouleurs étirables, ne permettent pas de le contrôler efficacement. Nous les déconseillons d'ailleurs vivement, car ils n'offrent  pas la sécurité nécessaire pour ramener le chien à vous en cas de danger.

Les longes, ces laisses plates très longues, sont quant à elles destinées à un usage sportif, comme le canicross ou le caniVTT, ou professionnel (police, armée, secours…).

Le collier

Pour commencer, dès l'arrivée du chiot à la maison, il est essentiel de lui apprendre rapidement à supporter son collier. Cela ne représente en général aucune grosse difficulté. Le chien devrait tout au plus se gratter un peu le cou.

Il ne doit pas être trop lâche, ni trop serré. Vous devez pouvoir passer un doigt entre le collier et la peau du chien.

N'oubliez pas que votre chiot va grandir et qu'il faudra adapter un nouveau collier à sa taille, jusqu'à l'âge adulte.

 

Lui apprendre à marcher en laisse

 

Lui apprendre à marcher en laisse

L’apprentissage de la marche en laisse est à débuter le plus tôt possible, dès que le chiot s’est habitué à porter le collier et qu’il a fini ses vaccins.

C'est parfois à ce moment que surviennent les problèmes, car il est susceptible de s'opposer au port du collier et de la laisse. Il peut ainsi refuser de se déplacer, et tirer dans tous les sens en se débattant ou, au contraire, s'allonger et vous opposer sa force d'inertie. Il faut donc y aller petit à petit.

Les premières séances sont à effectuer chez soi, dans le calme et sans sources de distraction pour le chien. On recommande de :

  • lui attacher la laisse au collier et de le laisser se promener ainsi dans la maison, de manière à ce qu’il s’y familiarise.
  • puis le tenir progressivement par la laisse et faire quelques pas. Le chiot va naturellement résister. Aidez-le en le poussant doucement et gentiment au niveau de l'arrière-train.
  • félicitez le lorsqu’il fait quelques pas corrects, sans résistance.
  • faites comme si il s'agissait d'un jeu, et encouragez le à venir vous rejoindre d'un ton joyeux
  • ne le grondez surtout pas et ne le tirez pas de force, au risque de le braquer définitivement !!!

Ces exercices sont à faire régulièrement (2 ou 3 fois par jour), durant environ 5 mn. Au delà, le chien se lassera et n'aura plus l'attention nécessaire pour comprendre ce que l'on attend de lui.

Lorsqu'il semblera avoir compris et acquit l'habitude de la laisse, faites la même chose, mais à l’extérieur. Augmentez les distances de marche et faites en sorte de le tenir toujours du même côté (par convention, on choisit la main gauche). Changez le rythme de la marche, arrêtez-vous sans prévenir et virez de manière tout aussi inattendue pour pousser votre chien à suivre votre cadence.

Si le chiot tente de dépasser son maître pendant la marche, il est conseillé de faire demi-tour. Ainsi, le chiot comprendra que s'il le dépasse, il n'avance plus, mais au contraire recule. Ceci évitera qu'il prenne l'habitude de vous tracter...

Pour guider son chien et faire en sorte qu'il vous suive correctement, il doit apprendre à être attentif à vous, et comprendre qu'il doit suivre le mouvement de vos jambes. 

Cet apprentissage nécessitera beaucoup de temps et de patience. Ne vous attendez pas à une marche fluide au bout de quelques séances, mais des progrès seront constatés à force de travail et d’encouragements.

 

Mon chien mord sa laisse

 

Mon chien mord sa laisse

Dès que vous partez en balade, votre chiot/chien n’a de cesse de mordiller sa laisse et cela complique les promenades et vous empêche de passer un bon moment avec votre animal 

Pourquoi votre chien mord sa laisse ?

Tout d’abord, comme d’habitude, il est important de comprendre pourquoi votre chiot/chien mordille sa laisse, voici donc les raisons principales :

  • Si vous avez un chiot, il se peut qu’il ait besoin de faire ses dents et renforcer sa mâchoire et pour se faire, quoi de mieux qu’une laisse en cuir ou en corde ?
  • Votre chiot/chien souhaite attirer votre attention et a bien compris que le comportement destructeur engendrait chez vous une très forte attention à son égard !
  • Votre chiot/chien veut tout simplement jouer, il s’ennuie peut-être et souhaite animer un peu la balade.
  • Votre chiot/chien a un trop plein d’énergie à évacuer et cela se traduit par la seule chose qu’il trouve pour cela au moment T, à savoir mordiller sa laisse.

Les solutions, au cas par cas, pour que votre chien arrête de mordre sa laisse :

Mon chiot fait ses dents

Le réflexe de mordillement est tout à fait naturel chez le chiot et d’ailleurs il est nécessaire pour renforcer et faire travailler la mâchoire et la dentition de ce dernier. Il ne faut donc pas vouloir supprimer complètement ce comportement mais plutôt le détourner vers quelque chose de plus adapté : un jouet spécifique à mordiller par exemple.

Mon chien souhaite attirer mon attention

Lorsqu’un chien fait une bêtise pour attirer l’attention de son maître, le premier réflexe de ce dernier est de le regarder, lui parler éventuellement pour le gronder et le toucher pour l’empêcher de continuer.

Typiquement, lorsqu’un chien mordille sa laisse, la première chose que le maître fera à coup sur c’est de dire « non » et de vouloir retirer la laisse de la gueule du chien en question. Bingo, le chien a réussi à attirer l’attention de son maître, qui le regarde, lui parle et le touche. Et même si c’est pour se faire gronder, le chien est content car il a toute l’attention qu’il souhaitait.

On remarquera d’ailleurs que dans ces moments là, le chien remue la queue de plus belle dès l’instant où son maître souhaite récupérer la laisse, tout simplement car il considère cela comme un jeu.

Donc que faire ? Et bien ignorer le chien dès lors qu’il commence à mordiller sa laisse, faire comme si de rien n’était et tracer sa route. Vous verrez que si le chien adopte ce comportement pour attirer l’attention de son maître, voyant l’ignorance de ce dernier, il arrêtera rapidement.

Je rappelle qu’ignorer un chien c’est : ne pas le regarder, ne pas lui parler et ne pas le toucher. En clair : vous n’avez plus de chien, vous vous baladez seul avec un bout de laisse à la main.

Mais attention, il faut tout de même penser à renforcer le bon comportement en récompensant son chien lorsqu’il arrête de mordiller. En effet, dès lors que votre chien stop ce comportement de mordillement, là il aura toute votre attention : une caresse, une séance de jeu ou une friandise par exemple. Tout est une question d’association : je mordille ma laisse : mon maître m’ignore / je suis calme : mon maître s’occupe de moi.

Mon chien veut jouer

Alors pour ce point, c’est l’ensemble des contacts que vous avez au quotidien avec votre chien qu’il va falloir retravailler. En effet, votre chien doit comprendre que c’est à vous de décider du début et de la fin de chacune de vos activités avec lui, que ce soit une séance de caresse ou de jeu.

En clair, vous devez être à l’initiative de ces moments et si votre chien réclame une séance de jeu (en vous apportant une balle par exemple) : ignorez-le, attendez qu’il soit passé à autre chose et ensuite, une fois qu’il a arrêté d’insister, proposez-lui de commencer à jouer. De même pour les caresses et de manière générale toutes les demandes d’attention que vous réclame votre animal.

Si vous remettez cela en place au quotidien, vous verrez qu’en balade, votre chien attendra que vous proposiez une séance de jeu. Mais attention, faut-il encore que vous en proposiez régulièrement.

Mon chien a un trop plein d’énergie

Et oui, à vous de proposer régulièrement ces moments de jeu à votre chien, il faut qu’il comprenne qu’il n’a pas besoin de réclamer pour avoir ce dont il a besoin, à savoir des moments complices avec vous par le biais de séances de jeu ou de caresses. En clair, n’attendez pas que votre chien ne tienne plus en place pour lui proposer une stimulation, cela fait partie des besoins sociaux dont votre chien a besoin justement pour assurer son équilibre, alors pensez-y.

Concernant les besoins sociaux, n’oubliez pas, un chien a besoin d’une balade de minimum 30 minutes, tous les jours et en dehors de son jardin. Sans ça, il deviendra complètement fou car il n’aura jamais l’occasion de se dépenser physiquement et olfactivement de manière correcte.

Et la balade doit être riche, cela ne doit pas consister en un tour de quartier en laisse courte. A vous de proposer, pendant cette balade, des temps de jeu et de travail éventuellement (avec le renforcement de l’obéissance de base que vous lui inculquez), de dépense physique, etc. N’hésitez pas à consulter notre article dédié à la balade.

Mon chien ne supporte pas la laisse

Enfin, il se peut que votre chien n’apprécie pas les balades en laisse et pour cela, vous devez rendre ces balades très positives. N’hésitez pas à le récompenser lorsque vous lui mettez la laisse, à le récompenser lorsqu’il marche calmement, etc. Vous pouvez également le promener avec une longe qui traine par terre afin qu’il comprenne qu’il peut tout de même être « libre » malgré la présence d’une laisse à son cou.

Par ailleurs, ne tombez pas dans le cercle vicieux de ne plus le promener ou de ne plus lui mettre de laisse du tout, insistez et renforcez positivement ces moments car la laisse est avant tout un élément de sécurité dont vous aurez besoin si vous promenez votre chien en ville par exemple.

La petite astuce supplémentaire

Parfois, il vous suffira d’investir dans une laisse en métal (sous forme de chaîne souvent) que vous attachez à son collier ou son harnais. Dès qu’il commencera à mordiller, il se rendra compte que cela n’est pas très agréable (bien moins que du cuir, du nylon ou de la corde n’est-ce pas). Le chien étant un animal opportuniste qui ira seulement vers ce qui lui procure quelque chose d’agréable, il évitera donc de réitérer cette action qui engendre quelque chose de plutôt désagréable pour lui.
 

Mon chien ne m'écoute plus en promenade

 

Mon chien ne m'écoute plus en promenade

Que cela soit arrivé de manière soudaine ou bien que cela traîne depuis toujours, votre chien ne vous écoute plus en promenade.

Tout d’abord, il est important de se poser la question suivante : est-ce qu’il arrive que mon chien m’écoute de manière générale ? Eh oui, cela peut paraître tout bête mais si votre chien ne vous obéit ni à la maison, ni en promenade, c’est un autre problème.

Quant à vous, votre chien vous écoute relativement bien à la maison ou dans le jardin… Mais une fois passé le portail, c’est une autre affaire. Vous avez littéralement l’impression d’avoir un autre chien à vos côtés ! Enfin … à vos côtés, c’est vite dit car il fait clairement sa vie le plus loin possible de vous et ne fait plus du tout attention à toutes vos sollicitations dès lors qu’il y a quelque chose de plus intéressant à renifler et/ou à poursuivre.

L'importance des promenades quotidiennes pour le chien

Sachez tout d’abord qu’il est indispensable de sortir et dépenser son chien comme il se doit TOUS LES JOURS, et ce pendant plus de 30 minutes lors de chaque balade. Eh oui, votre chien ne peut pas passer la journée à vous attendre sans avoir le droit à une bonne dépense avant votre départ puis à votre retour. C’est « inhumain » de ne proposer à son chien que le jardin (qu’il connaît par cœur, même s’il est très grand) et d’éventuelles rares balades extérieures, de temps en temps mais que s’il fait beau et que si les enfants ont fini leurs devoirs… Pauvre bête !

De plus, cela renforce le côté « ingérable » de votre chien lors de ses rares sorties, ce qui est tout à fait justifié de la part de votre toutou !

Par ailleurs, j’ai souvent l’habitude de dire que lorsque quelque chose ne va pas, lorsque votre chien n’est manifestement pas branché sur la même fréquence que la vôtre, lorsque vous n’arrivez à rien avec lui… Et bien il faut se poser trois questions essentielles :

  • Ai-je la bonne attitude ?
  • Est-ce le bon moment pour solliciter mon chien ?
  • Ai-je appris tel ou tel comportement souhaité à mon chien auparavant ?

Adoptez-vous la bonne attitude avec votre chien ?

Si votre chien ne vous écoute plus c’est peut-être parce que tout simplement vous ne communiquez plus de la même manière. Alors, bien sûr, je le sais, nous n’avons pas les mêmes modes de communication que nos amis canidés c’est évident… Mais c’est à nous de nous adapter et faire en sorte que nos chiens nous comprennent. Vous n’avez sûrement plus le bon décodeur, tout simplement.

N’oubliez pas que votre chien ne parle pas français. De fait, si vous lui racontez votre vie et que vous lui parlez sans cesse, il finira par se mettre dans sa bulle car ce sera tout simplement trop difficile pour lui d’essayer de décoder vos dires.

En revanche, si vous ne parlez pas à votre de chien de toute la balade, et qu’à un moment précis, pour le rappeler, vous dites son nom suivi d’une indication de rappel… Là il y a de fortes chances pour que votre chien soit intrigué ! Essayez, et vous verrez !

De plus, vous devez avoir une attitude cohérente : vous devez renforcer positivement les bons comportements de votre chien. N’oubliez pas qu’un chien ira toujours vers ce qui est agréable pour lui, comprenez donc que vous devez être bien plus intéressant que le reste. Seulement voilà, parfois c’est difficile, voire impossible (d’où le point suivant sur le bon timing du signal). Mais lorsque vous obtenez satisfaction, vous devez impérativement renforcer cela car sinon votre chien n’aura plus de réel intérêt à vous écouter.

Solliciter son chien au bon moment

Voici le contexte : vous partez de chez vous, et une fois arrivé au parc, vous lâchez votre chien. A peine 30 secondes après l’avoir libéré, vous le rappelez parce qu’il part trop loin selon vous … Eh bien là par exemple : c’est un mauvais timing. Votre chien n’est peut-être pas sorti depuis des heures voire pour certains malheureux, des jours !!! Il faut donc lui laisser la liberté de sentir les odeurs et profiter de son temps (parfois rare) de détente et de dépense.

Notez également que si vous n’arrivez pas à le rappeler, et bien ne le lâchez tout simplement pas. Il faudra bien entendu retravailler le rappel en amont et de manière progressive avant de pouvoir relâcher votre chien dans un parc public par exemple. En attendant, la longe sera votre amie, n’hésitez pas à promener votre chien avec une longe de 10 à 15 mètres afin que votre chien soit en « semi-liberté ».

Un autre exemple assez significatif d’un mauvais timing, c’est lorsque l’on souhaite rappeler son chien sans grande raison (et donc sans cohérence) et qu’à la vue de la non réceptivité du chien, on passe à autre chose et on abandonne l’indication du rappel … Eh bien, bravo! Vous venez d’apprendre à votre chien qu’il ne sert à rien de faire attention à vous et vos signaux. En gros, votre voix et vos indications deviendront pour lui, à terme, un « bruit » du quotidien comme pourrait l’être le bruit des voitures qui passent dans la rue : votre chien n’y prête plus attention car c’est devenu un « non événement », une habitude.

De même que si vous rappelez un chien qui n’a que très peu de rappel de manière générale, qui n’a pas vraiment acquis cette indication et qu’en plus l’environnement est riche en distractions…vous vous mettez vous-même des bâtons dans les roues et vous apprenez encore une fois à votre chien à ne plus vous écouter !!!

Terminons par l’apprentissage

Chaque apprentissage doit être acquis de manière progressive, étape par étape. Prenons l’exemple du rappel, on peut comparer le rappel dans un parc public avec une multitude de distractions à la « division ». Maintenant, à vous de faire en sorte que votre chien comprenne son nom (l’addition), réponde favorablement à votre attitude accueillante : bras ouverts, position courbée, voix aiguë, etc.. (la soustraction), et enfin qu’il revienne lorsque vous l’appelez dans des endroits plus ou moins stimulants : votre jardin, la rue, la forêt, etc.. (la multiplication). Et ne passez à l’étape suivante que lorsque l’étape précédente est acquise avec différents niveaux de difficultés. Souvenez-vous, pour chaque apprentissage, vous avez trois leviers pour corser et renforcer l’exercice : la distance, les distractions et la durée.

Pour résumer

  • Apprenez à votre chien à vous écouter en commençant par lui apprendre son nom.
  • Trouvez la bonne technique d’apprentissage pour les différentes indications auxquelles vous souhaitez que votre chien réponde. Réajustez si vous voyez que ça ne fonctionne pas, ne vous braquez pas et surtout ne vous énervez pas : changez de méthode tout simplement !
  • Chaque indication doit être acquise étape par étape suite à la réussite de chacune d’entre elles.
  • Les apprentissages doivent être progressifs, notamment en termes de difficultés liées à l’environnement de plus en plus stimulants.
  • Renforcez votre relation en ayant une attitude juste et cohérente vis-à-vis de votre chien, de ce que vous acceptez ou non.
  • Si vous savez que votre chien ne vous écoutera pas : ne le détachez pas, ne vous mettez pas en situation d’échec !
  • Ne parlez pas à votre chien « pour ne rien dire ». Donnez de l’importance et de la rareté à chaque indication.
  •  

Mon chien aboie sur les gens dans la rue

 

Mon chien aboie sur les gens dans la rue

Vos promenades sont devenues source d’angoisse et de stress pour vous car votre chien ne cesse d’aboyer lorsque vous croisez des gens dans la rue ?

Alors je vous propose de voir ensemble l’attitude à adopter pour gérer le problème et surtout les astuces pour limiter et, à terme, supprimer ce mauvais comportement.

Observez ce qui déclenche les aboiements de votre chien

Il est tout d’abord nécessaire de bien observer ce qui déclenche les aboiements de votre chien. Et oui, vous le savez désormais : pour régler un problème, il faut en connaitre la cause sinon toutes vos tentatives de résolution du problème ne seront ni efficaces ni adaptées.

Vous devez donc dans un premier temps observer l’attitude de votre chien, essayez de vous remémorer les situations qui déclenchent ses aboiements.

  • Est-ce lorsqu’il voit quelqu'un au loin ou est-ce lorsque quelqu’un passe très près de vous (quand vous croisez une personne sur un trottoir par exemple) ?
  • Est-ce plutôt lorsque vous croisez des personnes « atypiques » ? Avec une canne, un fauteuil roulant, une poussette, un chapeau ou une casquette par exemple ?
  • Est-ce toujours sur les hommes ou sur les femmes, sur les enfants peut-être ? Avez vous identifié un genre particulier sur lequel votre chien réagit ?
  • Est-ce lorsqu’il y a beaucoup de monde, comme un petit groupe de personnes rassemblé ?
  • Est-ce lorsque vous croisez une personne qui cris, qui court, en vélo ou qui rigole fort ?

Tant de questions à se poser pour identifier la cause et surtout pour régler le problème de manière productive, efficace et adaptée.

Pourquoi votre chien aboie-t-il ?

Lorsque votre chien aboie, c’est dans une majorité de cas parce qu’il a peur de quelque chose et qu’il utilise sa force d’intimidation première, à savoir l’aboiement, pour éloigner le plus possible l’objet de sa peur. Je sais, cela peut paraître très paradoxal, mais votre chien, ne pouvant pas s’enfuir puisqu’il est attaché en laisse, ne peut qu’essayer l’attaque pour se défendre de ce qu’il considère comme un danger.

Cette peur peut venir d’un manque de socialisation. En effet, si entre ses deux mois (l’âge où vous l’avez probablement adopté) et ses trois / quatre mois, il n’a pas vécu suffisamment de situations stimulantes et a évolué dans un environnement très pauvre en termes de stimulations, ceci est tout à fait normal qu’il ne soit pas à l’aise en ville. En effet, un chien aura peur de ce qu’il ne connait pas. Si votre chien a moins d’un an, vous pouvez tout à fait reprendre ce comportement en l’habituant de manière progressive à son nouvel environnement, nous détaillerons ce point par la suite. En revanche, si votre chien est déjà adulte et qu’il adopte toujours ce comportement, il n’est pas impossible de le résoudre bien entendu, mais il faudra vous armer de patience car cela risque d’être plus long.

Votre chien peut également aboyer pour protéger son groupe social, à savoir vous en l’occurrence. Dans ce cas, il est nécessaire de faire un travail sur le détachement entre votre chien et vous et surtout de renforcer votre prise d’initiative dans votre relation au quotidien avec votre chien. N’hésitez pas à faire appel à un professionnel afin qu’il vous accompagne dans cette démarche.

Pourquoi votre chien aboie de manière systématique ?

Et bien tout simplement parce que cela fonctionne ! Une personne sur laquelle un chien aboie ne va pas venir avec entrain et enthousiasme le caresser… ou sinon c’est que cette personne ne comprend pas très bien le langage canin.

D’ailleurs, petit aparté : si cela vous arrive et que quelqu’un insiste pour tout de même caresser votre toutou, n’hésitez surtout pas à faire entendre votre voix pour stopper la personne qui souhaite prendre contact à tout prix avec votre chien. Je parle en connaissance de cause, il faut parfois vraiment faire peur aux gens pour qu’ils comprennent que ce n’est absolument pas une bonne idée. D’une part, cela peut engendrer une morsure et d’autre part votre chien sera dans un état émotionnel catastrophique et, à terme, il finira par vouloir mordre toutes les personnes qu’il croisera car il aura compris que le simple aboiement ne suffit plus à faire fuir les gens.

Et oui, en forçant un chien à « surmonter » ses peurs, on ne lui rend pas service et l’on empire souvent la situation car le chien passera ensuite à l’étape supérieure de dissuasion !

Revenons à nos moutons, enfin … A notre chien aboyeur plutôt !

Vous l’aurez compris, un chien qui aboie et qui fait fuir l’objet de sa peur comprend que ce comportement fonctionne et donc, puisqu’il obtient ce qu’il veut, il réitérera cette attitude plutôt efficace de son point de vue.

Vous savez, ce mouvement de recul, voire ces cris que les gens ont lorsqu’un chien leur aboie dessus (c’est vrai que cela peut être surprenant !) et bien votre chien obtient ce qu’il veut lorsqu’il observe cette attitude en face de lui. De fait, évitez de déclencher ce genre de situation, à vous de trouver des endroits où vous pourrez contrôler les éventuelles rencontres de votre chien et surtout anticiper en le détournant de ce qu’il considère comme des personnes dangereuses.

Quelle attitude devez-vous adopter ?

Souvent, par réflexe dans la plupart du temps, on a tendance à gronder son chien, à lui demander de se calmer et d’essayer, souvent en vain, de le faire revenir à un état dit « normal ». Mais malheureusement c’est déjà trop tard, votre chien est dans un tel état que plus rien n’a d’importance pour lui mis à part le fait de faire fuir cette personne. C’est pour cette raison que j’insiste sur la notion d’anticipation !

De plus, votre énervement pourra venir légitimer le sien, n’oubliez pas, les chiens sont de vraies éponges à émotion. Si votre chien aboie c’est qu’il ressent un danger, et s’il vous sent énervé, stressé ou agacé, cela viendra confirmer pour lui que la situation est en effet potentiellement dangereuse.

En revanche, si vous êtes posé, calme et détendu, déjà, c’est un premier pas vers une amélioration de la situation. Soyez détendu pour ne pas communiquer davantage de stress à votre chien. Dites-vous que votre émotion est le point de départ et que votre chien se fie également à vous.

Notez, de plus, que pour que vous et votre chien soyez détendus, il est nécessaire que la laisse entre vous le soit également. En effet, s’il y a une tension systématique sur la laisse, votre chien ne sera absolument pas à l’aise et la tension de la laisse se répercutera sur son état émotionnel. Ainsi, n’hésitez pas à lire notre article qui vous donne toutes les astuces pour une bonne marche en laisse.

L'importance de créer une connexion entre votre chien et vous

En ville, il y a énormément de stimulations pour votre chien : des odeurs, des bruits, une éventuelle foule, etc. De fait, n’hésitez pas à proposer des balades plus calmes et détenues à votre chien. Pourquoi ne pas prendre la voiture et aller en foret ou à la campagne pour que votre chien puisse se détendre et se dépenser de manière sereine ?

Et lorsque vous le promenez en ville, vous devez être plus intéressant que les stimulations environnantes, vous devez créer une connexion entre vous et votre toutou.

Pour ce faire, vous devez lui donner envie de vous regarder et de vous écouter, et pour cela, rien de mieux que de lui apprendre des petits exercices éducatifs avec à la clé des récompenses pour renforcer et féliciter sa réussite.

Par exemple, vous pouvez apprendre à votre chien la marche en laisse, on en parlait un peu plus haut, mais aussi les positions d’attente (assiscouchépas bougé), ou des indications telles que « traverse » ou « trottoir ».

Pour ce qui est des positions d’attente, vous pouvez les lui apprendre par le biais de jeux, cela sera beaucoup plus efficace en termes d’apprentissage et surtout beaucoup plus agréable !

En renforcent cela, vous permettez à vote chien d’avoir davantage confiance en lui et en vous. Pourquoi en lui ? Et bien parce qu’il aura la satisfaction de bien faire et sera dans une démarche de proposer des choses qui engendrent une récompense (friandise ou jouet par exemple).

De plus, ses interactions avec vous ne se limiteront plus à des sanctions ou des réprimandes mais davantage à des félicitations et du jeu contrôlé.

Mais attention, pour que cela fonctionne il est nécessaire de lui proposer ces petits exercices dans des endroits plutôt « calmes » de la ville, il ne s’agit pas de lui apprendre ceci au milieu de la place du marché par exemple. N’hésitez pas à vous rendre dans des petites ruelles peu fréquentées ou dans de grands parcs municipaux par exemple.

Vous verrez qu’en lui proposant des stimulations mentales et des séances de jeux lors de vos balades, votre chien sera beaucoup plus concentré sur vous, il se fiera davantage à vous et profitera des balades de manière plus sereine et agréable.

Quelle méthode adopter ?

La méthode la plus efficace et la moins violente ou brutale pour votre chien reste l’habituation. A terme, votre chien doit associer les personnes qu’il croise à quelque chose de neutre, voire, de positif. Pour ce faire : rien de mieux que la nourriture !

Le but ici n’est pas de donner une friandise à chaque fois que votre chien croise quelqu’un, cela n’aurait aucun intérêt éducatif et, de toute façon, votre chien serait surement dans un état émotionnel bien trop fort pour accepter la nourriture que vous lui proposerez.

Ce qu’il faut faire, c’est travailler à distance dans un premier temps !

  • Trouvez un groupe de personnes, ou même une personne seule qui reste en statique.
  • Eloignez-vous le plus possible de cette personne tout en la gardant en visuel. A vous de déterminer la distance suffisante en observant l’attitude de votre chien.
  • Commencez à jouer avec votre chien, donnez-lui des friandises, apprenez-lui de nouveaux tours, etc. En clair, faites que ce moment soit agréable pour votre chien.
  • Si vous voyez que votre chien est toujours fixé sur la ou les personnes en question, n’hésitez pas à reculer davantage.
  • Puis, plus votre chien se comporte bien, plus il est concentré sur vous, plus il commence à oublier les personnes au loin, plus vous vous rapprochez d’elles.

Attention !! Ceci doit se faire de manière très progressive, si vous allez trop vite, vous risquez de ruiner tout le travail et les efforts fournis en amont. De plus, proposez à votre chien des séances courtes et répétées les régulièrement dans le temps.

En résumé

  • Observez bien l’attitude de votre chien pour déterminer l’élément qui déclenche ses aboiements.
  • Evitez les situations trop stressantes pour lui au début, allez-y de manière très progressive.
  • Proposez-lui de vraies balades où il n’aura pas à se soucier des personnes environnantes, en forêt ou à la campagne, vous, tout comme lui, serez beaucoup plus détendu et profiterez comme il faut de la balade.
  • Renforcez votre relation, prenez confiance en vous pour que votre chien ait confiance en vous également.
  • Apprenez-lui des exercices par le jeu en renforçant positivement les bons comportements.
  • Travaillez votre attitude et apprenez à gérer vos émotions afin de transmettre de bonnes ondes à votre toutou.
  •  

Mon chien ne veut pas avancer en promenade

 

Mon chien ne veut pas avancer en promenade

Votre chien ne veut plus marcher en promenade ? Il se bloque, refuse d’avancer ou se couche ? 

On nous dit qu’il est important de promener son chien tous les jours, de passer du temps avec lui, etc. Vous aimeriez bien mais voilà que c’est désormais votre chien qui a perdu la motivation et qui, au bout de quelques mètres, décide que la balade est terminée ! Comment réagir face à cela, pourquoi votre chien adopte cette attitude et surtout que faire dans ce cas ?

Pourquoi mon chien ne veut pas avancer en balade ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer la non motivation de votre chien pour avancer en promenade, voici les principales :

Un manque d'habitude

Votre chien n’est pas suffisamment habitué aux balades stimulantes. Un bruit, du vent, de la pluie ou trop de monde seront alors des situations qui bloqueront votre toutou et qui ne lui permettront pas de réunir suffisamment de courage pour continuer. Ceci est clairement en lien avec un manque de socialisation et d’habituation aux stimulations diverses et variées.

De la fatigue ou une demande d'attention

Votre chien n’avance pas en balade parce qu’il est trop fatigué. On remarque ce comportement notamment chez les chiots qui dépensent énormément d’énergie à découvrir et appréhender de nouvelles situations tous les jours et qui se fatiguent donc très rapidement. Ainsi, lorsqu’ils n’en peuvent plus, ils s’arrêtent et refusent d’avancer. Néanmoins, attention aux chiots malicieux qui comprennent rapidement que cette attitude leur permet d’obtenir toute l’attention de leur maître, jusqu’à réussir à se faire porter.

De l'appréhension

Une autre raison qui peut expliquer que votre chien ne souhaite plus avancer en promenade, c’est le souvenir d’un événement traumatisant lors d’une précédente balade. Que ce soit à vos côtés ou aux côtés d’un ancien maître ou d’une autre personne, il se peut que votre chien ait vécu un traumatisme lors d’une balade et qu’il souhaite donc éviter la réitération de cet événement. Vous remarquerez cela notamment chez les chiens qui, dès lors qu’ils entendent un bruit particulier se bloquent littéralement. Ou encore les chiens qui, systématiquement, à un endroit précis de la balade, s’arrêtent net et refusent d’avancer.

De la douleur

Enfin, votre chien peut ne plus vouloir avancer tout simplement parce qu’il a mal quelque part. Soyez donc vigilant et observez l’état physique de votre chien avant de lui proposer une balade qu’il ne pourra assumer.

Mon chien refuse d’avancer en balade : les solutions

 Pour vous aider, voici 10 conseils pour réussir à motiver votre chien à avancer en promenade :

  • Respectez le rythme de votre chien et permettez-lui de se reposer lorsqu’il montre des signe de fatigue. Ce conseil est particulièrement valable pour les chiots qui ont d’autant plus besoin de récupérer et se reposer.
  • Sortez votre chien tous les jours dans des endroits divers et variés pour l’habituer à vivre de nouvelles expériences régulièrement.
  • Rendez les promenades agréables en prenant le jouet préféré de votre chien pour une partie de jeu en pleine balade. Ce jouet servira également de motivation si le chien ne souhaite plus avancer.
  • Des friandises pourront également motiver un chien à avancer. Elles seront bien entendu à donner uniquement lorsque votre chien aura fait l’effort d’avancer.
  • Pour les chiots ou les chiens âgés, privilégiez de courtes balades (mais qui seront proposées plusieurs fois par jour) pour qu’elles restent agréables pour eux.
  • Pour les chiens qui montrent des signes de douleur (boiteries, couinements, etc.), allez chez le vétérinaire le plus rapidement possible pour diagnostiquer et résoudre le problème.
  • Faites des pauses pendant les balades, asseyez-vous sur un banc et attendez que son chien reprenne des forces.
  • Ayez une attitude dynamique, positive et enjouée. S’il s’agit de sortir son chien avec une tête de 6 pieds de long et une envie pressante de rentrer au chaud, autant de rien proposer à son chien car, par procuration, il n’aura plus envie non plus.
  • Si votre chien a peur d’un élément extérieur et que cela le bloque, il s’agira d’identifier cet élément (voiture, autre chien, klaxon, etc.) puis par la suite anticiper ces stimulations en détournant l’attention du chien, en jouant avec lui et/ou en lui donnant des friandises pour qu’il assimile l’élément qui lui fait peur à quelque chose de positif. Cela ne se fait pas en un jour et l’aide d’un professionnel de l’éducation et du comportement canin s’avère souvent nécessaire.
  • Enfin, dernier conseil, qui concerne surtout les maîtres de chiens particulièrement têtus, voire malicieux ! Si tous les conseils précédents ne fonctionnent pas, c’est peut être que votre chien cherche à « jouer » avec vous. En effet, s’il comprend que dès lors qu’il s’arrête, il obtient toute votre attention, il est possible qu’il utilise cette technique pour être au centre de votre intérêt. Pour désamorcer cela, allez donc à l’inverse de ce qu’attend votre toutou : ignorez-le ! Si votre chien n’est pas fugueur et qu’il a un bon rappel, je vous conseille de lâcher la laisse puis partir sans lui. S’il renonce et revient vers vous, alors récompensez-le chaleureusement ! Si vous avez peur que votre chien s’enfuie et que vous n'avez clairement pas envie de le lâcher, n’hésitez pas à utiliser une grande longe ou à demander à une personne relativement neutre pour votre chien de rester et tenir la laisse. Si votre chien finit par revenir, c’est qu’il essayait tout simplement de jouer avec vous et d’attirer votre attention. Quand il verra que ça ne fonctionne pas, il renoncera. En revanche, s’il reste complètement bloqué, malgré votre départ, je vous invite tout de même de revoir l’ensemble des conseils précédents, et de prendre rendez-vous chez le vétérinaire et/ou avec un éducateur canin comportementaliste.

 

Mon chien ne veut pas sortir lorsqu'il pleut

 

Mon chien ne veut pas sortir lorsqu'il pleut

Vous n’arrivez pas à sortir votre chien lorsqu’il pleut ? C’est un rejet clair et immédiat de sa part ?

Tout d’abord, n’oubliez jamais que le chien est une éponge à émotion et qu’il va énormément se fier à votre attitude. Je m’explique : j’imagine que très peu d’entre vous apprécie particulièrement aller se promener sous la pluie (si ce n’est avec un parapluie et la chanson « Singing in the rain » dans la tête : ça fait tout de suite meilleur effet)… Mais voilà, dans la vraie vie, sortir sous la pluie n’est pas forcément le meilleur moment de la journée pour vous, et bien ça, votre chien le ressent !

Vous devez donc vous montrer un peu plus enthousiaste que d'habitude pour inciter votre chien à l’être et surtout susciter chez lui l’envie d’aller s’amuser avec vous !

Les conseils pour que votre chien accepte de sortir quand il pleut

  • Tout d’abord, il est important d’habituer un chien dès son plus jeune âge à tous les environnements et toutes les conditions climatiques possibles afin que cela ne devienne pas un frein plus tard.
  • Ce conseil peut amener à sourire, mais certains chiens, notamment les chiens à poils courts, voire à poils ras, ont besoin de manteaux pour s’adapter aux températures extérieures et aux conditions climatiques parfois humides.
  • Bien entendu, sortez avec eux ! Il ne s’agit pas d’ouvrir la porte qui mène au jardin et le regarder se mouiller tout seul. Si de base, il n’aime pas cela, être tout seul sera un obstacle supplémentaire pour lui. Donc chaussez vos plus belles bottes et votre magnifique k-way et sortez avec votre chien.
  • N’hésitez pas à prendre votre voiture et à l’emmener dans un endroit  qu’il ne connaît pas et où il pourra y découvrir un tas de nouvelles odeurs !
  • Et enfin, si vous avez dans votre entourage des amis qui ont des chiens, n’hésitez pas à programmer des balades collectives (avec un autre chien qui n’en a rien à faire de la pluie… tant qu’à faire). Ceci permettra à votre chien de penser à autre chose plutôt que d’être focalisé sur le simple fait qu’il soit trempé. Il passera son temps à jouer et il imitera l’attitude de son copain par la même occasion. De plus, n’oubliez jamais que votre chien doit rencontrer ses congénères régulièrement pour maintenir ses codes canins, et si en plus il peut apprendre ou réapprendre de nouveaux comportements en imitant les copains : double bénéfice !

Bien entendu, ça c’est en théorie … En pratique il y a vraiment des chiens qui n’aiment pas ça et ne vont donc absolument pas profiter de leur balade. Voici donc quelques activités à faire avec votre chien à la maison lorsqu’il pleut pour maintenir une bonne dépense quotidienne.

Néanmoins, j’insiste tout de même sur le fait que, malgré les conditions climatiques parfois déprimantes, votre chien doit être sorti tous les jours (jardin ou pas) afin de le dépenser physiquement et surtout olfactivement et, bien entendu, pour qu’il puisse faire ses besoins, cela va sans dire. S’il n’aime pas ça, tentez de le motiver avec des croquettes, des friandises ou son jouet préféré par exemple et veillez à ce que votre attitude exprime de l’enthousiasme (comme je l’indiquais auparavant). Ne partez pas avec un sentiment de défaite avant même d’avoir essayé !

Les activités à pratiquer avec votre chien lorsqu'il pleut

  • Jouer à cache-cache : afin de dépenser votre chien olfactivement et mentalement, rien de mieux que le cache cache ! Si vous avez des enfants, cette activité sera tout à fait adaptée. Il s’agira de cacher des friandises un peu partout dans le salon (et pourquoi pas continuer dans le jardin pour que « ni vu ni connu j’t’embrouille » votre chien se retrouve dehors, sous la pluie, mais heureux quand même. Ensuite, il faudra inciter, avec enthousiasme, le chien à chercher les friandises et éventuellement l’accompagner si au début c’est trop difficile pour lui de les trouver. N’oubliez pas qu’il ne faut jamais mettre un chien en situation d’échec, il faut toujours lui faciliter la tâche pour que la réussite soit le maître mot de chacune de vos activités.
  • Jeu du gobelet : dans la même logique que le cache-cache, il s’agira de placer une friandise dans un gobelet, mélangé avec d’autres gobelets vides afin d’inciter le chien à utiliser son odorat. Vous pouvez très bien le faire aussi avec une friandise dans une de vos mains par exemple. Cette activité est également adaptée si vous avez des enfants qui souhaitent jouer avec votre toutou.
  • Activité détente : bien entendu pour renforcer votre relation et relaxer votre chien, rien de mieux que des massages et des papouilles dans tous les sens ! Attention tout de même à bien rester à l’initiative du début et de la fin de cette activité.
  • Les jouets KONG : ce sont des jouets d’occupation dans lesquels on peut insérer des friandises ou de la nourriture compacte pour que son chien cherche à tout attraper. On utilise beaucoup ces jouets pour détourner le chien d’une mauvaise habitude ou encore pour l’occuper et ainsi éviter qu’il ne détruise tout lors de l’absence de ses maîtres.
  • Garder un intérêt : eh oui, si vous laissez tous les jouets de votre chien à disposition, eh bien ces derniers perdront de l’intérêt et votre chien n’en voudra plus et donc ne s’occupera plus avec. Je ne vous dis pas d’en acheter des nouveaux tous les deux jours, mais simplement de les ranger et d’en sortir à des moments précis et de les ranger lorsque votre chien ne joue plus avec. Ainsi, il aura toujours l’impression de découvrir ou redécouvrir ses jouets… Un vrai poisson rouge !
  • Apprendre des tours : et enfin, vous pouvez profiter de ces moments pour apprendre de nouvelles indications à votre chien. Votre salon est un endroit calme que votre chien connaît et où il n’y a pas trop de stimulations environnantes logiquement : c’est donc l’endroit idéal pour capter toute l’attention de votre chien et donc lui apprendre des tours. Pour ce faire, n’hésitez pas à prendre connaissance de notre article qui traite de ce sujet : comment apprendre des tours à son chien ?

Pour résumer, vous devez :

  • Être dans une démarche enthousiaste et avoir une attitude entraînante et positive pour inciter votre chien à vous suivre.
  • Proposer à votre chien des promenades inhabituelles et surtout encore plus chouettes que d’habitude.
  • Permettre à votre chien de jouer avec un copain afin de le détourner de la pluie.
  • Trouver des activités ludiques et éducatives à la maison pour toujours bien dépenser son chien physiquement, mentalement et olfactivement.

L’habituer à tous les climats et tous les environnements dès son plus jeune âge pour qu’il les considère comme « normaux » : Quoi ? De la pluie ? Et alors … Bah viens, on va jouer !!!
 

6 votes. Moyenne 5.00 sur 5.